Accueil > ALTERNATIBA > ALTERNATIBA FRANCE > ALTERNATIBA - Ensemble bloquons le sommet MCE Deepwater Development (...)

ALTERNATIBA - Ensemble bloquons le sommet MCE Deepwater Development (multinationales gazières et pétrolières pour recherches en eaux profondes)

mardi 5 avril 2016, par C3V Maison Citoyenne

Ensemble bloquons le sommet MCE Deepwater Development

(multinationales gazières et pétrolières pour recherches en eaux profondes)


Des centaines de citoyen-e-s ont décidé de concrétiser les promesses de l’accord de Paris en empêchant la tenue du sommet MCE Deepwater Development. Alternatiba participe à cette mobilisation décisive.

Le sommet MCE Deepwater Development

Les dirigeants des multinationales pétrolières et gazières se réunissent à Pau du 5 au 7 avril. Qu’y feront-ils ? Vont-ils tirer les leçons des premiers signes graves du changement climatique et décider leur reconversion ?… Absolument pas. Quatre mois à peine après la COP21, ayant abouti à un accord limitant à 2 degrés la hausse des températures moyennes à l’horizon 2100, les majors du pétrole organisent “l’avancement de l’exploration et de la production globale”. Total, BP, Exxon, Shell et beaucoup d’autres, cherchent à exploiter toujours plus les gisements connus d’énergies sales dont font partie le pétrole et le gaz, en intensifiant entre autres les forages en eaux profondes, dits offshore.

Qu’est-ce que le pétrole offshore ?

L’extraction offshore repose sur l’exploration et l’exploitation de pétrole en haute mer. Cette activité hautement émettrice de gaz à effet de serre contribue au dérèglement climatique et a de graves impacts sur les océans et l’humanité. Les prospections dans le sol précédant les forages, la construction, le fonctionnement et la déconstruction de plateformes pétrolières en mer émettent des gaz à effet de serre, rejettent des produits toxiques dans l’air et en mer, et perturbent les espèces végétales et animales. Les océans se réchauffent. Tout cela amène un bouleversement des écosystèmes : perturbation des cycles de vie et migrations de poissons, risque d’extinction d’espèces, etc.

Un constat sans équivoque

Le changement climatique menace les conditions de vie sur terre. La montée du niveau des mers va entraîner le déplacement de centaines de millions de personnes, des manques d’eau potable, la disparition de terres cultivables ainsi que d’énormes problèmes sociaux (accroissement dramatique des inégalités et des risques de guerre).

Si nous ne voulons pas projeter l’humanité et les écosystèmes vers le chaos climatique, il nous faut laisser dans le sol 80% des réserves connues de gaz, de pétrole et de charbon. On estime à plus de 28 000 milliards de dollars la valeur financière de ces réserves (Carbon Tracker 2012).

Est-il sérieux de croire que les multinationales impliquées abandonneront d’elles-mêmes ces perspectives de profits astronomiques ?

L’économie du pétrole et du gaz est l’une des plus opaques et pèse lourdement sur les décisions politiques que prennent les États du monde entier. Pour assurer la transition énergétique, écologique et sociale, nous devons être lucides. Face à l’attitude des “pétrotraficants”, nous avons besoin d’un mouvement mondial reliant de façon déterminée les initiatives de transition, les pratiques de résilience, de non-coopération et de résistance non-violente.

Les alternatives aux énergies fossiles existent

Nous savons que pour empêcher le dérèglement du climat, nous devons remplacer les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) et adopter, comme le préconise le Scénario Négawatt, des mesures fortes en matière de sobriété et d’efficacité énergique, et de développement des énergies renouvelables.

Cela passe d’abord par un large effort collectif visant à cesser le gaspillage énergétique actuel. Dans l’hexagone, plus de la moitié de l’énergie consommée pourrait être économisée (Scenario Negawatt 2011).

En parallèle, nous devons travailler au développement du potentiel considérable que représentent les énergies renouvelables et citoyennes. Dès à présent, nous pouvons changer nos modes de consommation et de production d’énergie à grande échelle, en créant des centaines de milliers d’emplois non délocalisables dans les secteurs de l’habitat, du transport, de l’alimentation… Un récent rapport des experts de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie démontre que si elle en avait la volonté, la France pourrait satisfaire ses besoins énergétiques grâce à l’emploi d’énergies entièrement renouvelables dès 2050 (ADEME 2015).

Le sens de l’engagement d’Alternatiba

Depuis octobre 2013, plus de 550 000 personnes ont participé à des villages de solutions concrètes contribuant à la création d’une société plus juste, plus soutenable et plus désirable.

Les collectifs Alternatiba les valorisent, en faisant en sorte que “la foret qui pousse fasse plus de bruit que l’arbre qui tombe”. Cependant, l’impact de toutes ces actions porteuses d’espoir sera réduit à néant si nous laissons les fossoyeurs du climat forer, exploiter et brûler toujours plus de pétrole, de charbon et de gaz ; comme ils en ont le projet.

Nous devons reprendre notre destin en main, les empêcher de nuire en les poussant à changer. Nous devons créer un rapport de force positif basé sur une alliance des alternatives existantes avec des stratégies d’action non-violente, disqualifiant ceux qui tirent profit de la destruction de nos biens communs.

C’est pourquoi Alternatiba s’engage contre la tenue du sommet MCE Deepwater et réaffirme son soutien aux mobilisations citoyennes qui se tiendront à cette occasion.

Toutes et tous à Pau du 5 au 7 avril 2016. On lâche rien !

Plus d’infos…

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL