Accueil > ASSOCIATIONS - ONG. > Associations environnement > Climat : malgré l¹interdiction de manifester, les organisations appellent à (...)

Climat : malgré l¹interdiction de manifester, les organisations appellent à la mobilisation

lundi 23 novembre 2015, par C3V Maison Citoyenne

Climat : malgré l’interdiction de manifester, les organisations appellent à la mobilisation


http://www.mediapart.fr/journal/france/211115/climat-malgre-l-interdiction-de-manifester-les-organisations-appellent-la-mobilisation?onglet=full

21 novembre 2015 | Par Jade Lindgaard <http://www.mediapart.fr/biographie/27291>

La Coalition climat 21 appelle toujours à se mobiliser pour le climat le 29 novembre, malgré l’interdiction de la marche, après les attentats du 13 novembre. La CGT et SUD-PTT dénoncent, pour leur part, une atteinte aux libertés publiques.

Malgré l’interdiction de la grande marche pour le climat, prévue le 29 novembre, la veille de l’ouverture de la COP21, les organisations de la Coalition climat 21, <http://coalitionclimat21.org> qui regroupent 130 mouvements sociaux, ONG écologistes et syndicats, maintiennent leur appel à mobilisation. « Il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour un monde de paix, déclare Juliette Rousseau, sa coordinatrice. Le dérèglement climatique sera une source supplémentaire de conflits et de déplacements de population. » À ses yeux, les attentats de Paris et Saint-Denis du 13 novembre « attaquent un "nous". L’action collective est le meilleur moyen de créer de l’espoir et de la résilience ».

Conférence de presse de la Coalition climat 21, 20 novembre 2015 (JL).
Mais comment agir collectivement quand on ne peut pas manifester ? C’est tout le problème. Prises de court par l’annonce du ministère des affaires étrangères mercredi 18 novembre — Laurent Fabius sera le président de la COP21—, les associations n’ont pas eu le temps de définir précisément leurs nouvelles formes de mobilisation. « Nous ne pourrons pas marcher physiquement pour le climat ni nous rassembler mais l’espace public existe toujours », explique Marie Yared, pour le réseau Avaaz <http://www.avaaz.org/fr/> .

Le parcours de la manifestation du 29 novembre — entre République et Nation, un trajet imposé par la préfecture de police — pourrait être habillé d’éléments sonores et visuels, notamment par les chars et éléments décoratifs prévus pour les cortèges, autour du slogan « ça marche toujours pour le climat ». Des chaussures pourraient être déposées sur la place de la République pour représenter les pas des marcheurs invisibles.

De leur côté, la fondation Nicolas Hulot, les associations France Nature Environnement et Greenpeace annoncent la création d’un site (march4me.org <http://march4me.org> ) pour mettre en lien ceux qui prévoient de manifester le 29 novembre, ailleurs en France ou dans le monde, et ceux qui ne le peuvent plus. Plusieurs rendez-vous militants sont maintenus : le sommet citoyen pour le climat à Montreuil les 5 et 6 décembre (qui comprendra un village mondial des alternatives <https://alternatiba.eu/2015/11/le-v...> organisé par Alternatiba, un “climat forum” et un marché paysan monté par la Confédération paysanne), la zone d’action pour le climat au Cent-quatre à Paris (ateliers, débats, assemblées générales…) du 7 au 11 décembre.

Les actions prévues le 12 décembre, au lendemain de la clôture officielle de la COP, sont aussi interdites par le gouvernement. Mais les Amis de la terre maintiennent leur appel à « une mobilisation de masse » et préparent « une action inclusive, participative, en partie en extérieur » selon Malika Peyraut. De son côté, le réseau 350.org<http://350.org> annonce des actions de désobéissance civile non violente.

Aucun partenaire international de la Coalition n’a annulé sa venue et les bus continuent de se remplir, selon eux. Les convois des ZAD, ces zones d’occupation contre des projets contestés d’aménagement du territoire, sont eux aussi maintenus. Celui de Notre-Dame-des-Landes devait partir samedi 21 novembre. Seuls les “désobéissants” appellent toujours à manifester le 29 novembre « dans le calme, sans haine et sans violence » : « Nous refusons la stratégie du choc qui consiste à utiliser les attentats tragiques pour restreindre les libertés », expliquent-ils dans un communiqué. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, et même plusieurs centaines de milliers selon les plus optimistes, seraient attendues à Paris le 29 novembre.

Vendredi matin, lors d’une conférence de presse de la Coalition climat 21, les idées fusent, non sans confusion. La décision d’interdiction des manifestations n’est pas critiquée d’emblée, reflet de leurs divergences sur ce sujet. Il faut attendre les questions des journalistes pour que la Coalition « regrette » que la préfecture ne propose pas d’alternatives à la marche initiale. « Cette coalition peut difficilement prendre la responsabilité de maintenir la marche dans le contexte actuel », explique Juliette Rousseau. Habituels pourvoyeurs de services d’ordre, la CGT et la CFDT ont très vite fait savoir qu’elles ne l’assureraient pas cette fois-ci. « Quand Manuel Valls dit que la COP21 sera réduite à l’essentiel, nous ne sommes pas l’essentiel », ajoute la jeune femme. Au sein de la coalition, les grandes ONG se sont vite résignées à la déclaration d’état d’urgence.

À l’inverse, pour SUD-PTT, membre de la Coalition avec Solidaires : « La lutte contre les terroristes ne doit pas servir de caution à la restriction de nos libertés. » Dans un communiqué, <http://www.mediapart.fr/files/CP_ET...> la fédération « demande la levée immédiate de ces interdictions [des manifestations]. Ce n’est pas au gouvernement de décider du maintien ou non de ces manifestations. C’est au mouvement social et à lui seul de décider des suites ». Mais ce discours est isolé en France. Des mouvements internationaux, qui comptaient venir manifester à Paris le 29 novembre, préparent un appel de protestation. « Les Nations unies ne doivent pas laisser la France annuler la démocratie au sommet du climat. Soit les réunions officielles avec toute la contestation, soit rien », a très vite tweeté la journaliste canadienne Naomi Klein.

Mais les autorités françaises ne veulent rien entendre. Vendredi 20 novembre, plusieurs conseillers de François Hollande donnaient un « brief » sur la COP21 à l’hôtel Marigny, à deux pas de l’Élysée.

Interrogé sur le problème démocratique posé par ces interdictions, Nicolas Hulot — dont la fondation est également membre de la Coalition climat 21 — répond : « Nous sommes désolés de cela. Mais quelque part cela soulage : imaginez ce qui se serait passé si ces attaques s’étaient produites pendant la marche pour le climat ? » Comment expliquer que le marché de Noël sur les Champs-Élysées, les concerts, les matchs de foot soient autorisés, et pas les manifestations ? « Vous ne voyez pas la différence entre quelques milliers de personnes sur une surface limitée et quelques centaines de milliers de personnes sur une grande surface ? Ce n’est pas la même échelle », s’emporte Jacques Audibert, conseiller diplomatique du chef de l’État. Cent trente-huit chefs d’État et de gouvernement sont attendus au Bourget pour l’ouverture de la COP21. Xi Jinping, le président chinois, sera déjà là le 29 novembre — il doit dîner avec François Hollande. Assurer leur sécurité est la priorité pour le gouvernement.

Le 14 novembre, la préfecture de police a pris un arrêté d’interdiction de manifestation sur la voie publique <http://www.ile-de-france.gouv.fr/Ac...> jusqu’au 19 novembre à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Cette décision a été prolongée jusqu’au 22 novembre <http://www.val-de-marne.gouv.fr/con...> . Si bien qu’à ce jour, la marche pour le climat du 29 novembre n’est pas formellement interdite. Sur cette base, plusieurs organisations envisagent de déposer un référé liberté contre les arrêtés d’interdiction. La CGT appelle à une journée nationale d’action contre la violence sociale le 2 décembre. Une manifestation pour les migrants <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...> devait avoir lieu dimanche 22 novembre à Paris, malgré l’interdiction.
----
• retrouvez ici le rétroplanning du prochain CF : http://eelv.fr/le-conseil-federal-3/retroplanning-du-prochain-conseil-federal/

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL