C3V
ici, ailleurs et autrement !

Accueil > ENVIRONNEMENT > BLOOM > NOTRE PLANETE - L’Union Européenne interdit enfin la pêche profonde dans ses (...)

NOTRE PLANETE - L’Union Européenne interdit enfin la pêche profonde dans ses eaux territoriales

lundi 29 août 2022, par C3V Maison Citoyenne


Zones de pêches et zones interdites à la pêche en eaux profondes© L. Watling / Bloom - Licence : Tous droits réservés

Mettre un terme au chalutage profond en Europe est un véritable défi tant les freins politiques et la pression des industriels de la pêche étaient puissants. Et pourtant, l’engagement déterminé des associations environnementales (notamment Bloom, Deep Sea Conservation Coalition et The Pew Charitable Trusts) ont réussi à raisonner les décideurs et instances européennes.

« L’équipe de BLOOM travaille d’arrache-pied depuis huit ans dans le but de faire interdire le chalutage profond.

L’interdiction de cette méthode de pêche absurde, destructrice et subventionnée aurait dû avoir lieu il y a longtemps mais c’était sans compter avec la désinformation, les mensonges, la mauvaise foi et les manœuvres tordues des lobbies industriels et de leurs alliés politiques » déclare Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM. « Sans le soutien de centaines de milliers de citoyens qui ont mis lapression à Intermarché pour que le groupe cesse le chalutage profond, l’UE n’aurait jamais adopté cette interdiction. Nous espérons que les citoyens ont conscience que cette victoire est la leur et que sans leur mobilisation et leur soutien financier, les ONG ne peuvent pas faire de miracles. L’interdiction du chalutage profond au-delà de 800 mètres est la mesure la plus importante de ce règlement. C’est un succès franc aux conséquences nettes : cela signifie que la déforestation sous-marine qui a lieu aujourd’hui sans aucune contrainte légale jusqu’à 2000 mètres de profondeur cessera à jamais ».

SUR LE MÊME SUJET

Le Parlement européen rejette l’interdiction de la pêche en eaux profondes

Les causes de la disparition des récifs coralliens

L’Europe ne respecte pas ses engagements en Méditerranée : les stocks de poissons restent surexploités

Thalassa : flagrant délit de propagande et de désinformation pour la pêche profonde

Des espèces de poissons menacées servies au menu des écoliers

Ainsi, un accord vient enfin d’être trouvé, jeudi 30 juin 2016, entre les trois institutions européennes (Parlement, Conseil, Commission) scellant la réforme du règlement encadrant la pêche profonde européenne. Ce règlement, publié en décembre 2016, inclu :

l’interdiction du chalutage profond à plus de 800 mètres de profondeur ;
l’interdiction de pêcher dans des zones où les écosystèmes marins sont considérés comme vulnérables ou potentiellement vulnérables.
« Cet accord permet d’effectuer de réelles avancées sur le respect des engagements pris par l’UE au niveau de l’Assemblée générale des Nations unies, et d’améliorer leur mise en œuvre dans le but de protéger les écosystèmes profonds des eaux européennes », explique Matthew Gianni, représentant de la Deep Sea Conservation Coalition, qui regroupe plus de 70 associations opposées à la pêche en eaux profondes. « À nos yeux, il est primordial que ce règlement soit rigoureusement appliqué après son adoption effective. Nous encourageons également l’UE à poursuivre sa collaboration avec d’autres pays afin d’améliorer la protection des écosystèmes profonds dans les eaux internationales, et de fixer des limites de captures ciblées et accessoires dans les pêcheries d’eau profonde de l’Atlantique nord-est en tenant compte des données scientifiques. » ajoute t-il.

« Des centaines de scientifiques et des centaines de milliers de citoyens européens ont demandé la limitation du chalutage profond en raison de son impact dévastateur », déclare Uta Bellion, directrice du programme marin européen deThe Pew Charitable Trusts. »

2022 : l’Union Européenne protège 16 000 km² d’écosystèmes vulnérables (plus de 400 m de profondeur)


87-zones-peche-profonde-UE
Carte basée sur les données du CIEM des 87 zones abritant des écosystèmes marins vulnérables qui seront fermées au-delà de 400 m de profondeur aux engins touchant le fond
Auteur : Bloom - Licence : DR
Virginijus Sinkevičius, commissaire européen chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, a annoncé le 15 septembre 2022 la fermeture à la pêche de fond de plus de 16 000 kilomètres carrés d’eaux profondes dans les eaux européennes. Cette mesure apportera une protection indispensable aux coraux, éponges et autres espèces formant l’habitat des eaux profondes au large des côtes atlantiques de l’Irlande, de la France, de l’Espagne et du Portugal.

Les zones fermées par la Commission européenne sont nécessaires pour mettre en œuvre le règlement 2016/2336 de l’UE sur la pêche en eaux profondes adopté en 2016.

Ces nouvelles fermetures ajoutent 87 zones supplémentaires où des récifs coralliens d’eau froide, des agrégations d’éponges d’eau profonde, des stylos de mer et d’autres habitats d’eau profonde sont connus ou susceptibles d’être présents entre 400 et 800 mètres de profondeur. Malgré les protestations de certains segments du secteur de la pêche, ces fermetures représentent moins de 2 % des zones situées à moins de 800 mètres de profondeur dans les ZEE des quatre pays.

Ces fermetures devaient être mises en place dès 2018 en vertu du règlement sur la pêche en eaux profondes, mais la Commission européenne a décidé de mener d’importantes consultations auprès des scientifiques, des États membres, des industries de la pêche et des fruits de mer et des ONG. Elle a également organisé une consultation publique avant de prendre enfin une décision.

"La Commission a dû affronter vents et marées pour venir à bout de la résistance des flottes industrielles et de leurs plus fidèles lobbyistes : les États. La France et l’Espagne ont ainsi longtemps bloqué l’envoi de données scientifiques permettant d’établir la cartographie des milieux marins les plus extraordinaires à protéger en priorité" dénonce l’association Bloom dans un communiqué.
Sa fondatrice, Claire Nouvian, ajoute : "Les écosystèmes remarquables au-delà de 400 mètres de profondeur vont ENFIN pouvoir souffler et cesser de se faire broyer par des énormes engins industriels qui pulvérisent des coraux millénaires, des éponges et des requins centenaires, de fragiles poulpes à oreilles et des myriades d’espèces extraordinaires qui sont les victimes collatérales depuis plus de 30 ans de l’insatiable cupidité des navires industriels. "

"Nous sommes heureux de voir que la Commission a pris des mesures fermes pour protéger ces écosystèmes d’eau profonde, qui auraient dû être adoptées depuis longtemps", a déclaré Mathew Gianni, conseiller politique de la Deep Sea Conservation Coalition.

Cette décision est importante car elle réaffirme l’importance des mesures de protection des grands fonds, malgré les objections du gouvernement espagnol et de certains secteurs de l’industrie de la pêche.

La Commission européenne a adopté les fermetures, sur la base des avis scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer, dans le cadre de ce que l’on appelle les actes d’exécution établis dans le règlement sur la pêche en eaux profondes. En juin, lorsque la proposition de fermeture a été présentée par la Commission, 14 États membres de l’UE avaient voté en faveur de la proposition, 9 se sont abstenus et seulement 2 - l’Espagne et l’Irlande - s’y étaient opposés. Deux autres États n’étaient pas présents lors du vote. Sur cette base, la Commission européenne (après une période de notification de deux mois avec le Royaume-Uni, conformément à l’accord de Brexit) a décidé d’aller de l’avant et de mettre en œuvre les fermetures annoncées le 15 septembre 2022.

Notes
Début juin 2016 déjà, sur les 115 amendements du Parlement portant sur le cœur du texte de loi, 72 avaient été soit retirés soit supprimés, un indicateur qui ne trompe pas sur l’absence de défense de la position du Parlement face au Conseil européens.
Zone CECAF

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL