C3V
ici, ailleurs et autrement !

Categories

Accueil > EXPOSITIONS - CONFÉRENCES - PROJECTIONS (concerts ou film intégrés)-Stages > ﴿ ETATS GÉNÉRAUX DE L’AGRICULTURE ALTERNATIVE 2022 ﴾ — 25 / 26 FEVRIER — à (...)

- ﴿ ETATS GÉNÉRAUX DE L’AGRICULTURE ALTERNATIVE 2022 ﴾ — 25 / 26 FEVRIER — à JOIGNY - Tables rondes - Et le film "JE NE VEUX PAS ÊTRE PAYSAN" de Tangui Le Cras.

mardi 1er février 2022, par C3V Maison Citoyenne, Renaissance Joigny


ERIC LENOIR, l’association "RENAISSANCE JOIGNY" et le soutient de différentes associations vous invitent...




Flyer version PDF



les vendredi 25 et samedi 26 FÉVRIER - de 10h à 19h

la PREMIÈRE ÉDITION des ETATS GENERAUX de L’AGRICULTURE ALTERNATIVE

Salle Claude Debussy (Accès rue Pasteur)

Le détail du programme en 2ème partie...

vendredi 25 février 18h00, le film :

Libre participation - avec prix-plancher de : 2€ la table ronde, ou 5€ la journée.
Sécurités sanitaires selon les directives du moment...

Afin de permettre un équilibre entre public agricole et non-agricole, 50% des places sont réservées dans la salle Debussy aux agriculteurs et acteurs du monde agricole. Nous vous remercions d’avance de respecter les catégories lors de votre réservation.

https://renaissancejoigny.fr/egaa2022/

Je ne veux pas être paysan raconte le passage d’une génération à l’autre, d’une vocation à l’autre. Le père est paysan, suivant un déterminisme familial, le fils bosse dans la musique, échappant à son destin. Le petit jour dans lequel commence le film est celui d’une nouvelle journée de labeur pour l’un, la fin d’une nuit de fête pour l’autre. Car Tangui a fait le choix de mouiller sa chemise aux Vieilles Charrues plutôt que de s’éreinter sur la machine à traire.
Le film est ponctué de conversations pudiques, où le fils tente de réparer l’image abîmée de son père, usé sous le joug de la ferme, et tout en cautérisant la blessure de l’arrachement. Tangui parti, le père reste seul avec son rêve de transmettre l’élevage, seul avec ses vaches avec qui il aura pourtant vécu une belle vie.
Le film de Tangui Le Cras est servi par les images sobres et justes de Guillaume Kozakiewiez et par quelques plages musicales où l’on reconnaît la patte de Krismenn, dont Tangui est le manageur. Des affleurements de beauté dans laquelle survient parfois la drôlerie, mais surtout la poignante humanité de ses protagonistes, des gens qui se lèvent tôt pour assurer la bonne santé du troupeau.

Quand on parle du milieu agricole, on parle du paysan qui se suicide ou de celui de Trémargat, moi j’avais envie de parler des autres, c’est-à-dire de 95% des paysans
Bande annonce :


BIOGRAPHIE De Tangui Le Cras

Profil Tangui Le Cras
Centre breton, Tangui Le Cras travaille habituellement dans la musique, à la production d’artistes et à la régie d’évènements.
C’est au contact de l’association Ty Films à Mellionnec qu’il voit, il y a cinq ans, la possibilité de raconter par l’image son rural, sa relation au travail, et notamment ses questionnements de fils de paysan.

Parmi les grands enjeux des temps que nous vivons et nous apprêtons à vivre, se nourrir, disposer d’énergies propres et renouvelables, préserver les ressources et la biodiversité, limiter les effets du réchauffement climatique repose en bonne partie sur les épaules du monde agricole. Ainsi, le maintien d’une agriculture de qualité, locale et résiliente est une des clés de voute d’un avenir souhaitable.

A l’heure où nombre d’agriculteurs partant à la retraite ne sont pas remplacés, où des nécessités environnementales impérieuses et les aléas climatiques viennent s’ajouter aux difficultés d’affronter un marché mondialisé toujours plus normalisé, il apparait indispensable qu’élus et citoyens soutiennent et comprennent le monde paysan dans les nombreuses transformations qu’il subit perpétuellement. Inversement, les évolutions sociétales impliquent qu’un nouveau type de dialogue s’engage entre les différents acteurs ou usagers du territoire en partage, en pleine conscience des réalités du terrain.

Évènement apolitique et surtout apartisan d’information et de motivation autour des possibilités éprouvées de faire évoluer pratiques agronomiques, assolements, revenus agricoles à l’époque de la transition, ces états généraux se veulent un espace d’échanges et de transmission. Avec une ambition assumée : mettre le grand public en relation avec le monde agricole et ses réalités, et ainsi contribuer à ce que les agriculteurs puissent vivre décemment de leur activité sur le long terme et que les enjeux sociétaux et écologiques trouvent des réponses acceptables pour tous.

Belle ambition, mais comment ?


Objectifs

D’abord en présentant au public des agriculteurs du département et d’ailleurs ayant déjà mis en œuvre des démarches pour diversifier leurs revenus ou transformer leur exploitation –avec un bénéfice déjà observé-, des agronomes de l’agriculture sur sol vivant, ou d’autres acteurs de la diversification des cultures, des pratiques (qu’elles soient Bio ou conventionnelles) et des revenus agricoles.

Mais aussi en créant un espace de dialogue avec un public non-agricole comprenant des élus et des citoyens désireux de s’informer de ce qu’est l’agriculture d’aujourd’hui, ses perspectives, et la réponse du monde agricole et rural aux enjeux d’aujourd’hui, intégrant la résilience alimentaire territoriale, l’énergie, les données environnementales et climatiques. Ceci devant contribuer à sortir d’un certain nombre de clivages et d’idées reçues afin de faciliter la mise en œuvre de solutions d’avenir localement ou au-delà du territoire.

Cet évènement se veut donc un accompagnement des volontés exprimées au sein du monde agricole de s’adapter à un marché en pleine transformation, mais aussi de valorisation des expériences et réussites en cours en les présentant à un public varié, qui n’est pas toujours au fait du champ des possibles ou des réalités compliquées du terrain.

----
Localisation de l’évènement : salle Claude Debussy, 61 r Saint Jacques, 89300 JOIGNY
Informations salle : Salle Claude Debussy – Ville de Joigny (ville-joigny.fr)

Tarif : Libre participation financière demandée au public avec tarif plancher (2 €/ table ronde, 5 € la journée), pour éviter les désistements.


PROGRAMME DE L’ÉVÈNEMENT

(Liste non exhaustive des intervenants à la suite du programme)

VENDREDI 25/02/2022

9h30 Accueil du public et introduction

Tables rondes thématiques (2 h environ chacune) avec participation du public :

9h45 –Table ronde #1 Multiplier les sources de revenus

Circuits courts, augmentation de la valeur ajoutée, diversification des types de production, polyculture-élevage, énergie, chasse, services, inscription dans le domaine social, etc., quelles sont les sources de revenus actuellement disponibles permettant aux exploitants agricoles d’optimiser ce dont ils disposent pour assurer leur projet économique sur le long terme ? Comment le faire tout en répondant aux enjeux sociétaux et difficultés de notre époque ?

Le sujet sera argumenté par des agriculteurs ayant déjà mis en place des dispositifs économiques alternatifs, ainsi que Claude Féraud, qui a mis en place des territoires et réserves de chasse remarquables en territoire à forte pression agricole pour la FDC77.

12h00 Pause déjeuner

13h30 –Table ronde #2 Innovation et nouvelles cultures

Comment répondre à la fois aux enjeux environnementaux, alimentaires, énergétiques et économiques tout en assurant la viabilité agronomique des exploitations ? Plusieurs intervenants présenteront les techniques qu’ils ont mises en place pour concilier nécessités environnementales et réalisme économique et agronomique. Conception de matériel, méthodologie, remplacement de la chimie de synthèse, expérimentations en cours de campagne, développement de nouvelles cultures/filières et retours d’expérience positifs seront exposés sans langue de bois ni idéalisme partisan.

Le sujet sera argumenté par des agriculteurs et organismes ayant mis en place des pratiques innovantes, dont Gilles Robillard, exploitant agricole et président de l’institut Terres inovia, pour le projet R2D2 à Courson-les-Carrières, visant à affranchir les cultures oléagineuses des traitements insecticides par le biais de pratiques agroenvironnementales, et François Bientz pour l’AFPC (Association Française des Producteurs de Cannabinoïdes).

16h00 –Table ronde #3 Alimenter le territoire

Autonomiser les territoires pour l’alimentation et l’énergie s’est imposé comme un enjeu crucial de notre époque. Dans quelle mesure y parvenir peut-il maintenir les revenus agricoles ? Quels outils sont utilisés et développés pour permettre aux citoyens de trouver localement ce qui leur est indispensable, et pour compenser l’érosion impressionnante du nombre d’agriculteurs ?

Le sujet sera argumenté par des élus et des agriculteurs ou leurs représentants ou porteurs de projets. S’exprimeront notamment Nicolas Soret et Christian Morel vice-présidents de la région Bourgogne-Franche Comté, dans le cadre de l’accord de coopération Paris-Yonne et des Plans Alimentaires Territoriaux.

18h00 –Projection du film documentaire

JE NE VEUX PAS ÊTRE PAYSAN
de Tangui Le Cras.

Film récent multi-primé, réalisé par le fils d’une famille d’agriculteurs, il montre de l’intérieur avec sensibilité et sincérité, la vie d’une exploitation familiale en Bretagne.

Le réalisateur le présente ainsi : « Je ne veux pas être paysan est une affirmation sans appel, celle de mes 20 ans. Violence de la négative, colère initiale, début d’un chemin qui m’amène au long du film à interroger mon rapport à mon père paysan. Une reconquête d’amour, de lien filial, d’estime pour ce milieu, ce travail. »

Durée : 52 minutes
Production : Vivement lundi !

La projection s’achèvera par une discussion entre intervenants et public.

SAMEDI 26/02/2022

La journée se déroulera sous le regard de « grand témoin » d’Hervé Covès, agronome au sein d’Arbre & Paysage 32 et porteur du projet Koridori, visant à la reconstitution de vastes corridors écologiques en partenariat réciproquement profitable avec le monde agricole et les collectivités.

Tables rondes thématiques {}(2 h environ chacune) avec participation du public :

10h00-Table ronde #4 Agriculture et Biodiversité

Mise en place de haies, cultures intermédiaires, prairies permanentes, couverts à gibier, agroforesterie intraparcellaire : quels sont les bénéfices environnementaux et économiques de ces pratiques, quels en sont les difficultés ? Présentation d’actions déjà menées sur les exploitations, retours d’expérience, et prospectives.

Le sujet sera argumenté par des agriculteurs ayant mis en place ces pratiques, accompagnés d’agronomes ou d’écologues, dont notamment Anne-Sophie Ballard pour l’association Le Ruban Vert, et Romuald Bardot, spécialiste de l’agroforesterie pour le CPIE Yonne-Nièvre.

12h30-Pause déjeuner

14h00-Table ronde #5 Transmettre et (s’)Installer

Entre 2010 et 2020, le nombre d’exploitations agricoles est passé de 490 000 à 390 000. En quarante ans, la proportion d’agriculteurs en France a été divisée par 4. La moitié des exploitants agricoles va partir à la retraite dans les 10 prochaines années, avec une installation pour deux à trois départs d’exploitants à la retraite actuellement, malgré un besoin avéré des collectivités de répondre aux besoins locaux. Transformer les exploitations pour les adapter aux demandes d’aujourd’hui, nourrir le territoire, accompagner la reprise ou l’installation, quels sont les outils permettant de compenser ou d’arrêter l’érosion du nombre de paysans ?

Le sujet sera argumenté par des agriculteurs, des porteurs de projet ou des représentants d’institutions aidant à l’installation, dont Terre de Liens, la FDFR 89 (Fédération Des Foyers Ruraux) pour les démarches RARES et le programme Puls’actions.

16h00-Table ronde #6 et conclusion des EGAA : Résilience des exploitations et des territoires

Parce qu’il n’est pas possible de dissocier la résilience territoriale de la résilience des exploitations agricoles qui maillent le territoire, il n’y a d’autre voie que celle du dialogue entre les acteurs, de l’évolution technique ou économique, d’une transformation sociétale où l’intérêt des communs ne peut se faire au détriment de l’intérêt du monde paysan. Par quels moyens crée-t-on un système vertueux susceptible de ne pas rendre les agriculteurs comme les territoires captifs de modèles économiques ou agronomiques qui leur seraient potentiellement nuisibles ? Quels sont les exemples appliqués et applicables ?

Le sujet sera argumenté sur une scène par plusieurs agriculteurs ou institutions agricoles, élus, porteurs de projets. Conclusion de la journée par Hervé Covès et les intervenants et partenaires présents.

18h00-Fin des EGAA. Si les règles sanitaires ont évolué dans un sens le permettant, apéritif convivial et dégustation de produits locaux.

LES INTERVENANTS

liste non exhaustive, par ordre chronologique d’intervention, sans limite de durée pendant les EGAA :
Guy-Michel Desmartins, agriculteur expérimentateur dans l’Yonne (grandes cultures), terrassier en milieux naturels et co-porteur du projet GatiBiogaz
Ferme de la Roserie, Villeneuve-la-Dondagre

François Bientz, agriculteur dans l’Yonne (maraîchage, horticulture, produits transformés)
Jardin des Thorains, Lavau ; représentant local de l’Association Française des Producteurs de Cannabinoïdes et relais du réseau Semences paysannes

Jean-Bertrand Brunet, agriculteur dans l’Yonne (polyculture-élevage, produits transformés…)
Ferme de la Bilouterie, AMAPP la Pradieuse, Dollot

Claude Féraud, Coordinateur du service technique, technicien petite faune de la FDC 77

Jean Lalès, agriculteur dans l’Yonne (maraîchage)
Jardin des Frémaux, AMAPP Chant’Ouanne, Prunoy et Joigny.

Romuald Bardot, technicien Bocage et Agroforesteries CPIE Yonne-Nièvre, arboriste

Gilles Robillard, agriculteur dans l’Yonne (grandes cultures) président de Terres Inovia, direction de l’institut technique des huiles, des protéines végétales et du chanvre ; vice-président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de l’Yonne

Arnaud Rousselat , agriculteur expérimentateur dans l’Yonne (grandes cultures)
EARL du Bourg Sud, Valravillon

Nicolas Soret, 3e vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté en charge des finances, du développement économique, de l’économie sociale et solidaire et de l’emploi, président de la communauté de communes du Jovinien (CCJ), maire de Joigny (89)

Christian Morel, 13e vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire, agriculteur en Saône et Loire.

Jean Massé, agriculteur à la retraite dans l’Yonne, maire de Saints-en-Puisaye

Claude Grosset, vous le connaissez tous, c’est un des piliers de C3V Maison citoyenne, actif au sein des associations Ressources & Compétences, administrateur de la coopérative Germinal, dans l’Yonne.

Anne-Sophie Ballard, écologue
Le Ruban Vert, Villeneuve-sur-Yonne

Hervé Covès, ingénieur agronome spécialiste de la vie des sols et des dynamiques au sein des écosystèmes, notamment pour Arbres & Paysages 32. Animateur de nombreux ateliers et formations et créateur de l’association Koridori

Alix Bell, responsable de la structure d’insertion Les Jardins du Côteau à Joigny (89)

Eric Bénéteau, référent local pour l’association et veille citoyenne du groupe local Terre de Liens, Joigny

Louis Tessier, Chargé d’accompagnement Puls’Actions pour la Fédération départementale des foyers ruraux de l’Yonne

Florestan Bargain, animateur territorial de l’Yonne et du GABY (Groupement des Agriculteurs Bio de l’Yonne) chez BIO BOURGOGNE

Eric Lenoir, paysagiste et pépiniériste dans l’Yonne, membre de la collégiale de Renaissance Joigny délégué à l’organisation et à l’animation des Etats Généraux de l’Agriculture Alternative


Informations pratiques

Organisateurs : Association Renaissance Joigny

Partenaires identifiés : Région Bourgogne-Franche-Comté, Conseil départemental de l’Yonne, Chambre d’agriculture de l’Yonne, Communauté de communes du Jovinien, Ville de Joigny, Bio Bourgogne, CPIE Nièvre-Yonne, GABY, Terre de liens ,Associations C3V, Le Ruban Vert , Arbres et paysage 32

Tarif : 2 € par table ronde ou 5 € pour la journée complète. Réservation en ligne via le site de Renaissance Joigny et Hello Asso.

Lieu : Salle Claude Debussy, 61 Rue Saint-Jacques, 89300 Joigny, France

Respect des règles sanitaires en vigueur à la date de l’évènement.

Renaissance Joigny
Association Loi de 1901

18 PL DE LA REPUBLIQUE 89300 JOIGNY

Siret : 89457286600016
http://renaissancejoigny.fr/
https://renaissancejoigny.fr/egaa2022/
Organisateurs : Association Renaissance Joigny


REVUE DU WEB Une ode au travail bien fait
"TÉLÉRAMA" >>> Ça m’a cogné, se souvient-il. J’en ai même pleuré de le voir comme ça, et suis allé trouver des copains. Je leur ai dit : mon père est un looser, il a raté sa vie. Non, m’ont-ils répondu : il aime son métier. Il y avait parmi eux Jean-Jacques Rault, qui avait dû abandonner sa ferme pour des raisons financières, était devenu réalisateur et présidait l’association Ty Films à Mellionec. Mon projet de fiction a bifurqué vers le documentaire.
"LE BLOG DOCUMENTAIRE" >>> Le film trouve toute sa densité dans son point de bascule. Ce moment où, ce qui s’annonçait comme un plaidoyer de Tangui Le Cras pour justifier son refus de suivre le même chemin besogneux que celui emprunté par ses parents, se transforme en ode au travail bien fait, simple et viscéral des paysans. Cet instant où le réalisateur accepte de baisser les armes, d’abandonner sa colère pour regarder, pour écouter...
"TELEOBS" >>> Ce film, au profil modeste, dévoile peu à peu ses vrais enjeux : la réconciliation pudique d’un fils et de son père, l’acceptation tardive d’un milieu et d’une histoire familiale fondée sur le travail. Je ne veux pas être paysan, non, mais je comprends enfin que tu le sois pourrait être sa morale.
"FILMS EN BRETAGNE" >>> Tangui se lance dans l’écriture d’un film, le premier, qui comme il le dit lui-même, n’en appellera pas forcément d’autres, je n’ai pas besoin d’être réalisateur, mais qui fait nécessité. Son désir de film transpire, il y a une urgence à dire sa condition de fils de paysan, en rupture avec la ferme.