C3V Maison citoyenne
ni ici, ni aileurs mais autrement !

Accueil > Corona virus et société - Rubrique provisoire... ? > COVID - Vaccination contre la COVID-19 : un remède pire que le mal ? - Par " (...)

COVID - Vaccination contre la COVID-19 : un remède pire que le mal ? - Par " Notre Planète Info "

dimanche 16 janvier 2022, par C3V Maison Citoyenne

Un dossier très complet avec toutes les références requises par NOTRE PLANÈTE INFO

Voici quelques extraits et le lien de cet article intégral assez long il faut le dire mais qui vaut vraiment le coup.
Références sérieuses, vidéos, graphiques, chiffres vous attendent...

Depuis que la pandémie de COVID-19 a entraîné une psychose dans les pays développés, des "vaccins" ont été mis au point en un temps record avec un seul mot d’ordre : la vaccination pour toutes et tous, dès 5 ans, coûte que coûte. Toutefois, les "vaccins" révolutionnaires qui nous sont proposés puis imposés ne sont pas sans risques. Les données de pharmacovigilance qui remontent très timidement sont déjà catastrophiques et laissent craindre le pire poussant de plus en plus de scientifiques et médecins à demander l’arrêt immédiat de la "vaccination", notamment chez les personnes jeunes et en bonne santé.

Avertissement : nos recherches montrent que la mésinformation ou désinformation est très importante, autant du côté des "pro-vaccins" que des "anti-vaccins" COVID.

Suite à la pandémie de COVID-19, les pays développés ont adopté une curieuse stratégie sanitaire : plutôt que de soigner rapidement les malades avec des traitements qui font leurs preuves (Ivermectine, Azythromicine...) - comme en témoignent le Brésil, l’Inde, le Japon et de nombreux pays africains - et qui sont utilisés depuis des décennies sans contre-indication, ils ont accepté, dans l’urgence des soi-disant "vaccins".
Et pourtant, en plus de 40 ans de recherches, aucun vaccin n’avait jamais été mis au point contre les coronavirus... Jusqu’à ce jour ?

L’ivermectine est maintenant utilisé comme traitement anti-COVID par 28 % de la population mondiale.

En temps normal, il faut environ 8 à 12 ans pour qu’un vaccin soit autorisé

La pandémie de COVID-19 aurait [1] tué environ 3,5 millions de personnes en 2021 (Worldometers), à comparer aux quelque 40 millions de morts évitables par an mais qui n’intéressent guère et aux 83 millions de personnes en plus sur Terre chaque année...
En France, l’âge médian des décès à cause de la COVID est de 73 ans ; 88% des personnes décédées avaient une comorbidité et la moitié des morts étaient en EHPAD - Santé Publique France, mars 2020 à mars 2021)

Combien de personnes sont mortes suite à la "vaccination" anti-COVID ?

En Allemagne, 15 autopsies réalisées et analysées par Dr. Arne Burkhardt et Dr. Bhakdi sur des personnes mortes jusqu’à 6 mois après avoir été "vaccinées" ont montré que pour 14 d’entres elles, c’est le "vaccin" qui en était la cause avec un mécanisme d’auto-destruction de l’organisme inconnu jusqu’alors.

Union Européenne : plus de 36 000 morts
Dans l’Union Européenne, c’est la base de données sur les effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation de médicaments (EudraVigilance) qui est utilisée pour remonter les conséquences néfastes des vaccins anti-COVID.
Près de 3 millions de cas d’effets indésirables y sont enregistrés dont plus de 43 000 personnes handicapées et plus de 36 000 décès suite à la "vaccination". C’est tout simplement du jamais vu dans l’histoire de la pharmacovigilance européenne.

Voilà, vous pourrez lire la suite de cet article ICI —>> https://www.notre-planete.info/actualites/4849-vaccins-COVID-19-risques-morts

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL