Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > SOCIETE > AMAZON - LES PROJETS D’IMPLANTATION EN FRANCE... AMAZON, UN SYSTÈME PRÉDATEUR (...)

AMAZON - LES PROJETS D’IMPLANTATION EN FRANCE... AMAZON, UN SYSTÈME PRÉDATEUR - UN GROS DOSSIER ! (Alsace - Gard - Normandie - Loire-Atlantique...) + PETITION !

vendredi 6 novembre 2020, par C3V Maison Citoyenne

IMPLANTATION AMAZON EN FRANCE

Implantation d’Amazon en Alsace : mobilisation des opposants à Ensisheim et Dambach-la-ville

Les "anti-Amazon" se mobilisent ce vendredi 2 octobre en Alsace. Ils organisent des rassemblements à Ensisheim (Haut-Rhin) et Dambach-la-ville (Bas-Rhin) pour dire non au projet d’implantation du géant américain de distribution sur ces deux communes.
Une mobilisation ce vendredi 2 octobre 2020, de plusieurs associations, contre le projet d’installation d’Amazon en Alsace. Deux sites sont pressentis : Dambach-la-ville dans le Bas-Rhin, avec un projet de construction d’entrepôt de 150.000 mètres carrés sur 18 hectares et un autre à Ensisheim dans le Haut-Rhin, avec 190.000 mètres carrés sur 16 hectares.

Dans un premier temps, 500 emplois pourraient-être créés sur Ensisheim et 500 sur Dambach et plus dans l’avenir. Les opposants, écologistes et plusieurs autres associations, dénoncent ces deux projets depuis plusieurs semaines. Ils font circuler des pétitions, organisent des manifestations symboliques.
"Nous sommes déjà dans une zone où il y a beaucoup de camions, cela va accentuer la pollution. D’autre part, Amazon vend beaucoup de produits qui sont importés, fabriqués en Chine. C’est aussi une augmentation du fret aérien" , détaille Yéliz Ergenschaeffter, membre du collectif Le chaudron des alternatifs en centre Alsace.
A Ensisheim, le dossier avance affirme Michel Habig.
Lire la suite dans France bleu grand est

PETITION



Le plan secret d’Amazon en France

Enquête 1/3 -

Amazon rêve d’un monde où ses clients seraient livrés en un jour.

Pour y parvenir, la multinationale multiplie les hangars démesurés où se succèdent les camions. Ce développement, en France, suit une stratégie de mise en concurrence de territoires souvent sinistrés. Reporterre la détaille et publie la carte exclusive des implantations d’Amazon.

En France, une nouvelle génération d’entrepôts se construit, de plus en plus imposants

En dix ans, Amazon a bouleversé les habitudes des consommateurs : 91 % des Français connaissent désormais l’entreprise. Ils sont 21,5 millions à avoir acheté au moins un article sur son site internet l’an passé pour un montant total qui dépasse les 6,5 milliards d’euros. Amazon est le premier distributeur de produits non alimentaires en France, le second de produits électroniques.
Lire la suite dans REPORTER


Cet article est le premier d’une enquête en trois volets sur la multinationale du commerce électronique en France. Les trois volets sont regroupés ici.


PETITION


POLÉMIQUES SUR L’OUVERTURE DE 11 NOUVEAUX ENTREPÔTS AMAZON EN FRANCE

L’extension d’Amazon dans l’Hexagone s’accélère. Le géant américain, qui possède déjà 11 entrepôts logistiques et centres de distribution, prévoit d’en ouvrir autant d’ici l’année prochaine. Mais dans les territoires, la gronde gagne et les recours pleuvent pour faire échouer ces projets considérés comme polluants et trop impactant pour les commerces de proximité. Amazon se défend lui en affirmant être l’un des principaux créateurs d’emplois en France.

Dans le Gard, près de Nîmes, un bras de fer est engagé depuis plusieurs mois entre une association de citoyens, l’Adere, et Amazon contre l’implantation d’un centre de distribution de plusieurs dizaines de milliers de mètres carré. Celui-ci doit voir le jour à proximité du Pont du Gard, l’un des sites touristiques les plus anciens et visités de France, classé à l’Unesco. Le trafic quotidien généré par ce centre de tri serait de 544 poids-lourds et 2 500 véhicules légers.
Après avoir appris l’arrivée du géant américain, l’association décide d’éplucher les cadastres. Elle découvre alors que certains des terrains cédés au promoteur appartiennent à des élus locaux ou à leurs proches et ont été vendus largement au-dessus du prix du marché. Or, ces élus avaient participé au débat et voté les délibérations municipales liées au projet. Après avoir alerté le préfet, les délibérations municipales sont annulées et revotées sans les élus concernés. Une plainte - jugée recevable – a été déposée auprès du Procureur général ainsi que des dizaines de recours contre le permis de construire et l’autorisation environnementale.

"CHANTAGE À L’EMPLOI"

"À chaque fois, la stratégie est la même. L’entreprise fait du chantage à l’emploi en mettant en concurrence des territoires aux forts taux de chômage pour préparer son installation et empêcher toute forme de débat...
Lire la suite dansNOETHIC


PETITION


LOIRE-ATLANTIQUE : LA FUTURE IMPLANTATION D’AMAZON À MONTBERT FAIT RÉAGIR LES POLITIQUES

Le projet d’implantation d’Amazon à Montbert en Loire-Atlantique suscite des réactions, Matthieu Orphelin député de Maine-et-Loire tire au canon sur le géant américain et ses pratiques déloyales en matière fiscale, Guillaume Garot député de la Mayenne s’interroge sur la destruction des emplois.
Delphine Batho et Matthieu Orphelin et leur groupe parlementaire Écologie démocratie solidarité, avaient déposé en juin une proposition de loi pour réguler le commerce en ligne. EDS entendait mettre un coup d’arrêt aux projets d’implantation de sites logistiques d’Amazon et Alibaba en France. Le projet de loi a été retoqué par la majorité à l’Assemblée Nationale.

AMAZON, UN SYSTÈME PRÉDATEUR

Matthieu Orphelin comprend l’accueil favorable des habitants des communes environnantes, "un millier d’emplois, même payés au lance pierre, c’est toujours bon à prendre", mais pour lui "c’est un piège" !
Le député tire au canon contre le géant américain : "Amazon en France comme aux USA est un système prédateur, il fraude à la TVA grâce aux marketplaces, ne paye pas d’impôts, a été condamné pour son absence de respect du droit du travail, c’est un concurrent déloyal par rapport aux autres commerçant français en ligne, comme FNAC, Cdiscount et les autres".
Lire la suite dans France3 région Pays de Loire



La Métropole Rouen Normandie s’est prononcée contre le projet d’implantation du géant de l’e-commerce dans sa région. Elle s’appuie notamment sur des rapports accablants, dont un des pompiers.

À Rouen, les pompiers font plier le géant mondial Amazon.

Ou presque. Alors que le groupe de Jeff Bezos devait implanter un entrepôt géant sur l’ex-site de Petroplus, au sud de Rouen, qui devait créer pas moins de 1.839 emplois, la Métropole Rouen Normandie a voté contre le projet, lundi 5 octobre, au grand dam de certains élus. Et ce ne sont pas les arguments économiques qui ont pesé le plus lourd dans la balance, mais bien des documents alarmants établis par les sapeurs-pompiers de la région et la mission régionale d’autorité environnementale (MREA).

Comme le rapporte Paris-Normandie, les pompiers ont établi un scénario possible dans le cas où cet entrepôt géant prendrait un jour feu, de façon violente. Dans ce scénario, les arroseurs anti-incendie, répartis sur plus de 150.000 mètres carrés, seraient défaillants. Selon le rapport, "les sapeurs-pompiers seront [alors] confrontés à une situation périlleuse et toute progression dans le bâtiment [les] mettrait en danger". Pourquoi ? Les soldats du feu se trouveraient à une vingtaine de minutes de leurs outils d’extinction adéquats et disposeraient d’un débit d’eau local alors insuffisant.

>> À lire aussi - Amazon veut vous laisser payer avec la paume de votre main
A lire dans CAPITAL


PETITION


PUBLIC SÉNAT :

Interpellé à plusieurs reprises par les sénateurs sur la fermeture des commerces de proximité, le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O a estimé que la question des ventes sur Amazon était mineure et que le « fond du problème » portait sur la numérisation des commerces de proximité.
Le 04 nov 2020

La fermeture des commerces de proximité en question.
Ce mercredi, à l’occasion de la séance de questions au gouvernement, les sénateurs ont interpellé les ministres sur la fermeture des commerces de proximité imposée sur le territoire français, mettant en avant « un manque de décisions logiques et équitables », et un favoritisme des grandes enseignes et du commerce en ligne. « Les petits commerçants payent un lourd tribut, vivent une situation dramatique », argumente le sénateur écologiste Daniel Salmon. « Nos petits commerces sont obligés de fermer et, en parallèle, des entrepôts d’Amazon s’implantent dans tout le territoire. Ce modèle qui participe à la dévitalisation de nos entreprises, bétonne nos terres agricoles, et a un bilan carbone catastrophique. »

Prenant la parole pour la troisième fois sur le sujet de la fermeture des commerces de proximité, sous les huées des sénateurs mécontents de l’absence des ministres Bruno Le Maire et Alain Griset, Cédric O réaffirme la nécessité « d’accompagner les petits commerces, et nous allons continuer à en parler ». « Mais la psychose française sur Amazon n’a aucun sens. Le e-commerce c’est 10% du commerce en France, Amazon c’est 20% du e-commerce. Il n’y a pas un pays européen où Amazon est plus bas qu’en France. Quand les Français augmentent leurs achats de e-commerce, à 60% cela vient dans les poches des entrepreneurs français », répond le ministre. « Le fond du sujet sur lequel nous devons travailler et sur lequel nous travaillons avec les collectivités territoriales c’est de numériser les petits commerces. Il y a 30% seulement de petits commerces numérisés contre 72% en Allemagne, c’est ça le fond du problème. Si nous ne sommes pas capables de doubler le nombre de TPE numérisés, ils connaîtront des difficultés à l’avenir », conclut Cédric O.
Publié le : 04/11/2020


PETITION


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL