Accueil > SOCIETE > SOCIETE > PLAINTE CONTRE VINCI AU QATAR : Vinci porte plainte en diffamation et (...)

PLAINTE CONTRE VINCI AU QATAR : Vinci porte plainte en diffamation et demande des dommages et intérêts exorbitants à l’association Sherpa et à ses salariés

mardi 21 avril 2015, par C3V Maison Citoyenne


NOUS VOUS EN PARLIONS DANS nos deux précédent articles n°1 et n°2

Sous le titre

« LES ESCLAVES DU 21ème SIÈCLE ! »

L’EURO FOOT AU QATAR ! IL AURA TOUT D’UNE GRANDE... MISERE !

Voici la suite ! A nos plumes, nous nous devons tous de signer....

PETITION

Suite à la plainte que nous avons déposé contre Vinci Construction Grands Projets et sa filiale Qatarie le 23 mars pour travail forcé et réduction en servitude, Vinci porte plainte pour diffamation contre l’association Sherpa, mais aussi personnellement contre certains employés et bénévoles de Sherpa. En nous engageant dans cette procédure coûteuse, Vinci cherche clairement à nous pousser au retrait de notre plainte faute de moyens. Malgré l’ampleur des sommes demandées, nous sommes néanmoins satisfaits que les problématiques des violations des droits de l’homme commises à l’étranger par des multinationales françaises soient remises au cœur du débat public.

Le 14 avril, Vinci a cité à comparaitre Sherpa mais aussi à titre individuel : le Président William Bourdon, la Directrice Laetitia Liebert, ainsi que la juriste Marie-Laure Guislain en charge du dépôt de plainte contre Vinci Construction, le vendredi 26 juin au Tribunal de Grande Instance de Paris. Vinci réclame en plus des 45 000 euros d’amendes demandés à chaque personnes citées, des dommages et intérêts d’un montant total de 235 000 euros pour William Bourdon conjointement avec l’association Sherpa et de 208 000 euros pour Laetitia Liebert et Marie-Laure Guislain.

Les multinationales utilisent fréquemment ce genre de procédure coûteuse pour décourager les plaignants moins solides financièrement. Nous nous attendions à cette réaction appelée SLAPP (strategic lawsuit against public participation, ou poursuite bâillon en Français).

Cette riposte commune vise en effet à entraver la dénonciation de faits par un individu ou un organisme, à travers des menaces de poursuite ; le succès d’une telle opération ne découle pas tant d’une victoire devant les tribunaux que du processus lui-même, visant à intimider la partie défenderesse ou l’épuiser financièrement dans le but de la réduire au silence.

Nous sommes confiants puisque nous avons les preuves de ce que nous avançons, et ceci ne doit pas nous faire abandonner notre mandat qui est de faire respecter les droits humains et défendre les victimes de crimes économiques quel que soit le pays d’activité des multinationales.

Nous nous réjouissons que Vinci nous offre grâce à sa plainte une autre occasion d’ouvrir un débat public sur le respect des droits fondamentaux des travailleurs sur ses chantiers au Qatar. Notre action a déjà porté ses fruits puisque les communicants de Vinci se sont vus contraints de répondre sur ses pratiques, et surtout, ont fait état d’améliorations des conditions de travail, depuis l’enquête et à venir, sur leurs chantiers au Qatar. Nous espérons que ces déclarations soient suivies d’améliorations concrètes et sensibles des conditions de vie et de travail sur place.

Signez la pétition pour l’ouverture d’une enquête préliminaire contre Vinci Construction !

Soutenez-nous !

Contact Presse :

communication@asso-sherpa.org

Laetitia Liebert, Directrice de Sherpa : 06 52 16 35 61/01 42 21 33 25

Serge Plechot : secrétaire général de la FNSCBA CGT : 01 55 82 85 15

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL