Accueil > ENVIRONNEMENT > LES LUTTES > Grands Projets Inutiles Imposés > Vallée de la Dordogne : une déviation désastreuse annulée en plein travaux par (...)

Vallée de la Dordogne : une déviation désastreuse annulée en plein travaux par le Conseil d’État

mercredi 23 janvier 2019, par C3V Maison Citoyenne

MOUVEMENT CONTRE LE CONTOURNEMENT DE BEYNAC

ASVD (Association pour la Sauvegarde de la Vallée de la Dordogne)

Voir le site : https://www.dordogne.me/

Le projet de déviation court-circuite Beynac.
L’opération consiste en la réalisation d’une nouvelle liaison routière contournant le bourg de BEYNAC, prolongeant ainsi l’aménagement de la Voie de la Vallée de la Dordogne, et s’inscrivant dans l’optique de l’aménagement progressif de l’itinéraire BERGERAC – SOUILLAC via SARLAT.

La déviation de la RD 703 à BEYNAC est un projet aux proportions énormes qui dévisagerait la vallée, et ne tiendrait compte ni de la biosphère, ni de l’aménagement en cours de la route traversant Beynac, ni de l’évolution des flux et des voies de communication. Ce projet vieux de 30ans garde le même cap et les mêmes objectifs alors même que le tourisme et les voies de communication ont évolué (déviation de Sarlat, A20, A89).


.

France Info /

Vallée de la Dordogne : une déviation qui fait débat

Dans la vallée de la Dordogne, la construction de deux ponts, à Beynac, risque de défigurer la ville selon le maire et les écologistes. Alors que les travaux ont déjà commencé, le Conseil d’État a tout arrêté fin décembre.

La Dordogne, une des plus belles vallées de France, dominée par Beynac et son château. Sur la carte postale aussi, des ponts inachevés, des chantiers à l’arrêt, des dalles de béton qu’il faudra peut-être bientôt démolir. Car les travaux, d’abord autorisés par l’État, viennent d’être arrêtés. Mais un peu tard. Les piles du pont étaient à peine sorties du lit de la rivière, la déviation de Beynac devait passer ici pour contourner le village médiéval et ses bouchons.
Une victoire au goût amer

Le projet à 32 millions d’euros consistait en une route de 3 kilomètres et demi, un tunnel, un premier viaduc et même un second. Le projet est à l’arrêt depuis le 28 décembre dernier, stoppé net par le Conseil d’État. Un comble, alors qu’une dalle de 900 mètres cubes de béton avait été coulée la veille. Les magistrats soulignent que la déviation "ne répond pas à une raison impérative d’intérêt public majeure" et que le chantier met en danger une zone et des espèces protégées. Pour certains défenseurs de la vallée, cette victoire a un goût amer.

France Info

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL