Accueil > ASSOCIATIONS - ONG. > ONG > AMNESTY INTERNATIONAL - Peine de mort : une illusion de fermeté

AMNESTY INTERNATIONAL - Peine de mort : une illusion de fermeté

mercredi 12 avril 2017, par C3V Maison Citoyenne

Peine de mort : une illusion de fermeté


Recourir à la peine de mort a pour but affiché ou prétendu de punir, réprimer, voire de donner l’exemple et de prévenir d’autres crimes ou délits. Le caractère dissuasif de la peine capitale n’a pourtant jamais pu être prouvé. Il s’agit d’un acte cruel, inhumain et dégradant.

Comme chaque année, nous publions un rapport sur le recours à la peine de mort, qui fournit des données chiffrées sur les exécutions et les condamnations à mort à travers le monde et analyse les grandes tendances pour l’année écoulée. En dépit de la progression du nombre de pays abolitionnistes, la peine capitale reste un châtiment répandu à travers le monde.

Malgré une baisse significative du nombre d’exécutions en 2016, 37% de moins qu’en 2015, l’augmentation des condamnations à mort est alarmante. En outre les chiffres que nous avons collectés ne comprennent pas les milliers d’exécutions qui ont lieu en Chine, car les chiffres relatifs à la peine de mort y sont toujours classés secret d’État.

Aujourd’hui, 104 pays ont définitivement tourné le dos à la peine capitale. Si l’on y ajoute ceux qui ont aboli ce châtiment dans la pratique, et non en droit, ce sont les deux tiers du globe qui n’y recourent plus.

Même si ceux qui continuent à exécuter sont minoritaires, nous devons continuer de nous mobiliser. D’autant que certains Etats tentent depuis peu de faire marche arrière : les Philippines cherchent à rétablir la peine de mort, abolie depuis 2006, et les Maldives menacent de reprendre les exécutions après plus de 60 ans. L’état américain de l’Arkansas a prévu huit exécutions sur une période de dix jours en avril - ses premières exécutions depuis 2005.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL