Accueil > ENVIRONNEMENT > LES LUTTES > Grands Projets Inutiles Imposés > NOTRE DAME DES LANDES - Programme - FEST NOZ de soutien à la lutte juridique (...)

NOTRE DAME DES LANDES - Programme - FEST NOZ de soutien à la lutte juridique de Notre Dame des Landes, le samedi 11 mars à 21H à la salle de la Papinière de Sucé sur Erdre (44)

mardi 7 mars 2017, par C3V Maison Citoyenne

Dans ce numéro :


FEST NOZ de soutien à la lutte juridique de Notre Dame des Landes, le samedi 11 mars à 21H à la salle de la Papinière de Sucé sur Erdre (44)
Jean Marc Ayrault - Rectifions certaines contre-vérités !
Communication du COPAIN 44
Recours de la Confédération Paysanne sur le SCoT métropolitain
Accueil de la Commission d’enquête du Sénat sur le terrain
Théâtre "Le cauchemar du préfet" par la compagnie Mémoires Futures à Nantes et ailleurs en région - Nouvelles dates
Brève revue du web
Nos coups de pouce

Prochaines dates :


04/03 : Manif à Nantes avec le collectif "L’Erdre pour tous" (voir nos coups de pouce)
07/03 : AG du mouvement à La Vache Rit, les Domaines
11/03 : Fest noz à Sucé sur Erdre en soutien à la lutte juridique de NDL (voir point 1)
Du 3 au 9 avril : 6 soirées théâtrales avec "Le cauchemar du préfet" par la compagnie Mémoires Futures (voir point 6)
Tous les détails et toutes les dates sont sur l’agenda de l’ACIPA (en bas de la page d’accueil http://acipa-ndl.fr/ )

FEST NOZ de soutien à la lutte juridique de Notre Dame des Landes, le samedi 11 mars à 21H à la salle de la Papinière de Sucé sur Erdre (44)
Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir
Un fest noz est organisé par l’ACIPA sur une proposition des musiciens qui interviennent lors de cette soirée (voir affiche). Un grand merci à eux pour cette initiative !

Il débutera à 21H pour se terminer à 1h du matin le samedi 11 mars à la salle de la Papinière à Sucé sur Erdre.

L’entrée se fera à prix libre.

Les bénéfices seront versés à la lutte juridique de Notre Dame des Landes.
Un bar sera à disposition ainsi que des gâteaux.
Comme par le passé, nous proposons aux sympathisants de venir avec - ou de faire porter - un gâteau de leur fabrication qui sera vendu au profit de l’ACIPA pour la lutte juridique.

Nous vous attendons nombreux pour cette soirée festive !
L’ACIPA


Jean Marc Ayrault - Rectifions certaines contre-vérités !

Le CéDpa, collectif d’élu.e.s opposé.e.s au projet de nouvel aéroport à Notre Dame des Landes, souhaite réagir aux propos tenus par Jean Marc Ayrault dans la presse (OF du 21 février 2017).

Communiqué du CéDpa - Mardi 21 février 2017

L’article de Ouest-France du 21 février consacré à Jean-Marc Ayrault nous oblige à nouveau à rectifier certaines contre-vérités.

« Il y a eu un referendum » affirme JMA. C’est faux : il y a eu une consultation pour avis ; les mots ont encore un sens et ils devraient en avoir un pour notre ministre des Affaires étrangères. Comme nous l’avons régulièrement expliqué, pourquoi cette consultation pour avis, dont le périmètre était incohérent et les conditions d’organisation scandaleusement partiales, aurait-elle plus de poids que les avis négatifs des commissions scientifiques ?

« Ceux qui réclamaient le referendum l’ont obtenu mais le résultat ne leur plaît pas alors maintenant ils sont contre. » poursuit-il. Encore une contre-vérité. Aucune des associations d’opposants n’a demandé la tenue d’un referendum. Au contraire, dès 2015 lors de l’audition devant la commission Richard, chargée après la mort de Rémi Fraisse de réfléchir aux dysfonctionnements du débat public, nous avons dit que ce n’était pas une solution : « Nous sommes circonspects sur cette proposition car les questions que pose un referendum sont nombreuses : le périmètre, la formulation de la question (pour ou contre un projet ou bien un choix entre plusieurs solutions ?) le temps de l’information de la population, les moyens matériels et financiers donnés aux parties présentes, tout peut être sujet à débat... et à manipulation. La France n’a pas la culture de la « votation citoyenne » contrairement à la Suisse. Dès lors proposer un referendum in fine n’est-ce pas surtout révélateur d’un sérieux déficit de concertation et de débat en amont ?
Nous pensons donc préférable de faire porter l’effort sur l’élaboration des projets dans la transparence, l’indépendance et la responsabilité, pour reprendre les mots de François Hollande. »(plate-forme commune des douze mouvements d’opposition aux GPII).

Nous n’avons bien sûr été entendus ni sur ce point ni sur aucune autre de nos propositions pour sortir de l’impasse.

Décidément, le mensonge se porte bien en politique. Et JMA n’échappe pas à la règle, malgré toutes les qualités de son étoffe...


Communication du COPAIN 44

Le collectif Copain réuni en assemblée générale a fait le point sur la situation actuelle et aboutit au consensus suivant, qu’il souhaite diffuser largement.

Depuis juin 2016, les discussions sur l’usage des terres ont repris, et c’est laborieux et compliqué. Cependant, nous gardons l’envie de faire quelque chose tous ensemble dans cette zone en mettant en pratique le contenu du texte dit « des 6 points » : attention et respect des uns envers les autres, développement de la diversité, entre autre au niveau agricole, maintien et entretien des communs, recherche d’une démarche pour qui veut prendre place sereinement dans la zad.
L’élaboration des « 6 points » a apporté de la sérénité sur la zad et pour l’ensemble du mouvement. Ce texte n’est pas remis en cause collectivement, c’est essentiel. De même, qu’il est essentiel de tout faire pour que les nouveaux l’intègrent comme un élément structurant de la culture locale, ce qui est en cours.
Pour nous, Copain, la diversité des activités agricoles se concrétise par 3 profils : les paysans historiques, de nouvelles installations officielles issues ou non du mouvement d’occupation, individuelles ou collectives et enfin la poursuite et le développement des activités agricoles libres de tout statut.
La force de notre mouvement est sa détermination, son intelligence collective, mais surtout sa diversité.
La présence de paysans historiques, même illégaux, a évidemment, avec d’autres facteurs bien sûr, fait hésiter le gouvernement à intervenir cet automne.
La présence d’activité légale, classique, monétarisée, menée tranquillement à côté d’activités sans statut, non monétarisées banalise le tout et réduit le côté inquiétant des dernières
Merci aux paysans historiques d’être toujours là. Nous souhaitons qu’ils puissent travailler dans une ambiance de voisinage bienveillant.
Les projets officiels vont concerner une ou des personnes ayant un statut juridique agricole comme les historiques. De même, au niveau du foncier, ces personnes doivent avoir la même sécurité d’usage des terres qu’à l’extérieur de la zad. Concrètement des parcelles leur seront attribuées et ils mèneront l’activité de leur choix durant tout le temps de leur activité.
Logiquement, ces projets se mettent en place en connaissant le contexte et doivent donc développer des interactions positives avec la zad.
Le rôle de copain est de soutenir ce type d’installation. Pourquoi ? Parce que cela nous ressemble. Parce que c’est perçu comme motivant par les militants antis aéroport. Parce que les fermes historiques ne doivent pas être les seules officielles pour qu’il y ait vraiment de la diversité et que nous en aurons besoin le jour de la victoire Et enfin, parce que c’est infiniment plus compliqué qu’en non officiel.
Nous souhaitons aussi que se maintienne une activité agricole hors statut importante. Parce qu’elle est, elle aussi , essentielle pour la diversité. Parce que l’activité a commencé comme cela. Parce qu’elle est solidaire, riche d’innovation sociale, voire technique.
Depuis le début, les nombreux paysans-nes de Copain soutiennent concrètement tant en partage de savoir, qu’en apport de matériel, qu’en prêt d’animaux et qu’en coup de main, tous les types de projets.

Recours de la Confédération Paysanne sur le SCoT métropolitain

La Confédération paysanne a déposé un nouveau recours contre le SCoT devant le tribunal administratif de Nantes :
« Nous souhaitons de vraies informations sur tous les projets annexes à l’aéroport »

http://www.streetpress.com/sujet/1487757428-aeroport-notre-dame-des-landes-confederation-paysanne

Accueil de la Commission d’enquête du Sénat sur le terrain

Le vendredi 17 février dernier, nous avons accueilli sur le terrain, quelques sénateurs membres de la Commission d’enquête du Sénat sur les compensations aux atteintes à la biodiversité.
Voici le courrier que nous venons de recevoir suite à leur passage :

Et aussi :

Les vidéos des auditions par la commission d’enquête sont visibles ici : http://videos.senat.fr/commission.BIOD.p1

Lire aussi le communiqué du COPAIN suite à son audition : "Notre Dame des Landes, "éviter" est toujours encore possible et indispensable !"
Notre-Dame-des-Landes les sénateurs de la commission d’enquête sur place
http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-les-senateurs-de-la-commission-denquete-sur-place-17-02-2017-219804

NDDL. Les sénateurs en observation sur le terrain
http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nddl-les-senateurs-en-observation-sur-le-terrain-4807380

Notre-Dame-des-Landes : une commission d’enquête sur site
http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/notre-dame-landes-commission-enquete-site-1198679.html

Voir la suite ICI...

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL