Accueil > SOCIETE > SOCIETE > IMMIGRATION > Un sans-papier assigné à résidence après avoir volé puis ramené un portefeuille (...)

Un sans-papier assigné à résidence après avoir volé puis ramené un portefeuille oublié...

vendredi 26 février 2016, par C3V Maison Citoyenne

Assigné à résidence après avoir volé puis ramené un portefeuille oublié...

Se ravisant, un sans-papiers ramène un portefeuille à la gendarmerie

Le groupement de gendarme de l’Ardèche apporte des précisions sur l’histoire de Marlind Plasa, un Albanais sans papiers qui vit avec sa famille dans le Sud-Ardèche. Le colonel Fourcade, commandant le groupement de gendarmerie de l’Ardèche, explique :« La vidéosurveillance montre clairement ce qui s’est passé. Un portefeuille avait bien été laissé par un client dans le bar. Or, l’intéressé (le sans-papiers, NDLR), au lieu de le remettre au buraliste, qui aurait pu le rendre à son propriétaire, l’a glissé dans sa poche. » Finalement, plus tard, il semble se raviser, puisqu’il apporte le portefeuille à la gendarmerie de Largentière. « Quand nous lui avons montré les images, il a reconnu le vol », précise le colonel. Ce portefeuille contenait quand même carte banquaire et billets ! Ils ont été restitués... Pour ces faits, l’Albanais a fait l’objet d’un rappel à la loi.

Le patron des gendarmes de l’Ardèche ajoute : « Parallèlement à ce volet pénal, nous avons respecté la procédure administrative. Comme à chaque fois qu’une personne se présente à la gendarmerie, on a vérifié son état-civil. Et les militaires se sont rendus compte qu’il faisait l’objet d’une OQTF [obligation de quitter le territoire français, NDLR] [1],
qui date du mois d’août, exécutoire dans un délai de 30 jours ! Il aurait dû quitter le territoire. » Ce qui explique l’assignation à résidence, en attendant la décision du tribunal administratif sur l’expulsion.

Marlind et Nadire Plasa ont fui l’Albanie, où ils se disent persécutés car ils appartiennent à la minorité égyptienne.

« Là-bas, nous avions des menaces. Il n’y avait pas d’école pour les enfants et rien pour nous. » Arrivés à Lyon en septembre 2013, avant d’être logés à Privas par Forum réfugiés et parvenus en fin de procédure, ils se sont retrouvés, de mai à août 2015, sous un abri de fortune, avec d’autres familles, sur le square Vincent-d’Indy, dans la ville-préfecture de l’Ardèche, face au palais de justice. C’est la commune de Rocles qui a fini par accueillir les parents et leurs trois enfants de 12 ans, 8 ans et 18 mois.

« Tout va bien dans le village. La mairie nous aide. Le propriétaire est gentil. Nous avons été très bien reçus par les voisins »,

se félicite Marlind. Après avoir été bénévole pour le Secours populaire de Privas, celui-ci s’implique dans une association d’insertion d’Uzer. Assignés à résidence, « dans l’attente de l’exécution de la mesure d’éloignement », ils ont présenté un recours qui sera examiné ce mardi matin, à 10 heures, par le tribunal administratif de Lyon.


Déclaration universelle des droits de l’homme

(1948)

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.

Notes

[1(Voir Droits de l’homme article 14 ci-dessus)

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL