Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > Près de Fontainebleau, les habitants s’opposent à de nouveaux puits de (...)

Près de Fontainebleau, les habitants s’opposent à de nouveaux puits de pétrole

mardi 5 janvier 2021, par C3V Maison Citoyenne

28 décembre 2020 / Benoît Collet (Reporterre)

Le projet d’extension d’une exploitation pétrolière au beau milieu de la campagne seine-et-marnaise suscite l’opposition des habitants, inquiets des nuisances de voisinage ainsi que de certains élus parisiens et de militants écologistes, en raison des risques de pollution des nappes phréatiques.

Nonville (Seine-et-Marne), reportage

Au creux de la vallée du Loing, à la lisière de la forêt de Fontainebleau, dans la petite commune de Nonville, des puits de pétrole n’en finissent plus de susciter le ras-le-bol des habitants. Depuis 2009, la petite société française Bridgeoil y exploite deux puits extracteurs, et projette de s’agrandir en réalisant entre un et dix forages supplémentaires d’ici 2035, date de la fin de sa concession, pour un investissement estimé à trente-cinq millions d’euros. Ici, pas d’impressionnantes machines, comme on en voit dans les films étasuniens, mais une discrète installation, que l’on pourrait prendre de loin pour une déchetterie. À ses abords, les chevaux du centre équestre paissent sous les yeux des habitants, qui pour certains habitent à peine à trente mètres du site.

« En 2012, quand la société a présenté son projet d’implantation aussi proche des maisons, nous nous y sommes opposés. Mais la préfecture n’a rien voulu entendre. Aujourd’hui, je m’oppose de la même façon à ce projet d’extension », dit Gérard Balland, le maire de Nonville, bon connaisseur du sujet pour avoir lui-même travaillé dans le secteur pétrolier. « Les odeurs qui se dégagent du site sont insupportables, malgré les efforts de Bridgeoil pour réduire les nuisances. Des enfants qui montaient à cheval sont tombés dans les pommes et les effluves de sulfure d’hydrogène arrivent parfois jusqu’à la cour de l’école du village. » Pas spécialement écologiste, le premier magistrat s’inquiète surtout des nuisances pour le voisinage de cette possible extension.

En plus des senteurs d’œuf pourri, l’agrandissement de Bridgeoil engendrerait une augmentation du ballet des camions-citernes venant récupérer l’huile pour la transporter jusqu’à la raffinerie de Grandpuits, située elle aussi en Seine-et-Marne. Jusqu’à dix camions par semaine traversant le bourg, faute d’accès par le plus grand axe routier. De 2020 à 2040, la production attendue à Nonville est de 272.000 tonnes, soit 13.600 tonnes par an, à en croire la mission régionale d’autorité environnementale, qui a émis un avis favorable au projet, à la condition que les nuisances locales soient réduites.
Lire la suite dans REPORTERRE

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL