Accueil > NUCLEAIRE > Réseau Sortir du nucléaire > Greenwashing d’EDF à Fessenheim...

Greenwashing d’EDF à Fessenheim...

dimanche 9 février 2020, par C3V Maison Citoyenne

Cet article est particulièrement dédié aux personnes (même écolos) qui se battent contre les éoliennes en prenant appui sur le fait que la France est un pays qui ne pollue pas au niveau énergétique GRÂCE à ses centrales nucléaire.

QUELLE EXTRAORDINAIRE MAUVAISE FOI !!!

JURIBLOG

Le blog de l’activité juridique du Réseau "Sortir du nucléaire"

EDF cherche à cacher les dysfonctionnements récurrents à Fessenheim d’un coup de peinture verte, par la publication d’une infographie publicitaire présentant sa production d’électricité comme « sans émission de CO2 ». Or la filière nucléaire émet du CO2 et d’autres gaz à effet de serre à diverses étapes : extraction minière, conversion et enrichissement de l’uranium ; fabrication, transport et retraitement des combustibles ; construction et démantèlement des installations nucléaires.
Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et 4 associations antinucléaires alsaciennes ont donc porté plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire qui, dans un avis rendu le 20 juillet 2015, leur a donné raison !
Afin de lutter contre la désinformation, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a publié également une infographie fournissant quelques chiffres peu connus sur le bilan environnemental et social peu glorieux de Fessenheim.

Un coup de peinture verte qui cache mal les problèmes

En mettant en exergue un prétendu bilan « 100% sans CO2 », entouré de visuels bleus et verts, EDF cherche à recycler les codes traditionnellement associés au « développement durable » pour se présenter comme un acteur local responsable, un employeur modèle et une entreprise « verte ».
À travers cette communication fallacieuse, ne s’agit-il pas de faire oublier le risque permanent d’accident ? Les incidents à répétition passés sous silence, comme par exemple la fuite de plus de 100 mètres cube d’eau en février dernier (1) ? Le réchauffement des eaux du Rhin et la pollution liée aux rejets chimiques et radioactifs dans le fleuve (2) ?
Surtout, en se concentrant sur l’Alsace, cette infographie trompeuse masque le bilan global de la centrale. Que dire des plus de 4 millions de tonnes de résidus radioactifs abandonnés en France, au Niger et ailleurs lors de l’extraction de l’uranium nécessaire au fonctionnement de la centrale ? De la douzaine de tonnes de plutonium accumulée à La Hague, produit de plus de 30 ans de fonctionnement ? Des dizaines de tonnes de déchets haute activité à vie longue dont le gouvernement essaie d’imposer l’enfouissement à Bure ? (3)


[1] Voir notre communiqué : https://www.sortirdunucleaire.org/Fuites-d-eau-en-serie-et-mensonges-a-la-centrale

[2] https://www.sortirdunucleaire.org/spip.php?page=article_dossier&id_article=35766&id_dossier=431

[3] Chiffres obtenus sur la base des données fournies par l’ouvrage Les déchets nucléaires, Les éditions de Physique, 1997

Une communication fallacieuse sur les émissions du nucléaire

« Eh non, on ne réchauffe pas la planète ! », « Pour faire du nucléaire avec du CO2, il va falloir charbonner »… voilà les messages diffusés par Orano à l’occasion d’une campagne de publicité massive et sur son site dénommé « idées reçues ». De nouveau, l’industrie nucléaire joue sur l’idée fausse d’un nucléaire « décarboné » et donc ami du climat.
Cette communication passe outre le fait que les installations nucléaires émettent bien des gaz à effet de serre – dont certains ont d’ailleurs un pouvoir de réchauffement bien supérieur à celui du CO2 [1].
Surtout, en focalisant sur ses émissions peu élevées de CO2, Orano tente de verdir son image, passant ainsi sous silence le risque d’accident, la pollution des mines d’uranium et la production de déchets (dont seule une infime partie est « recyclée », contrairement à ce qu’elle prétend dans une autre publicité [2]). Pour le Groupement Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC), ces nuisances vont d’ailleurs à l’encontre des Objectifs de Développement Durable [3]
Orano n’a rien à vendre aux citoyen.es. Pourquoi ce greenwashing massif à destination du grand public, si ce n’est pour améliorer l’acceptabilité sociale du nucléaire en surfant sans complexe sur la légitime préoccupation pour le climat ? S’agit-il de préparer le terrain, alors que les projets pour 6 nouveaux réacteurs sont dans les cartons ?
Pour dénoncer cette communication fallacieuse, nous déposons plainte devant le Jury de déontologie publicitaire, qui a d’ailleurs condamné plusieurs fois EDF pour des publicités de même teneur [4].

Le raffinage du concentré de minerai d’uranium effectué à l’usine d’Orano Malvési émet d’importantes quantités de protoxyde d’azote (N2O), au pouvoir de réchauffement global 265 fois supérieur à celui du CO2. Par ailleurs, selon l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, les deux types d’évènements qui ressortent de l’analyse des déclarations d’EDF en matière d’évènement significatif pour l’environnement (ESE) sont les événements liés à la maîtrise des rejets et les événements liés aux gaz à effet de serre. Pour ce qui concerne les gaz à effet de serre, les émissions de fluides frigorigènes, au pouvoir de réchauffement souvent important, constituent la source principale des déclarations d’ESE par EDF. Les fuites d’hexafluorure de souffre, utilisé comme isolant électrique, n’étaient quant à elles l’objet d’aucune déclaration d’évènement significatif pour l’environnement jusqu’à 2018, alors que le pouvoir de réchauffement global de ce gaz est 22 800 fois supérieur à celui du CO2

[2] Cette publicité a fait l’objet d’une autre plainte devant le Jury de déontologie publicitaire, déposée par Greenpeace et le Réseau "Sortir du nucléaire"
[3] Voir le chapitre 5 du rapport spécial sur les 1,5°C de réchauffement. Voir notre analyse sur le rôle du nucléaire dans ce rapport.
[4] Condamnations pour une publicité sur une électricité "sans CO2" en Alsace, pour la publicité d’EDF "The Race"...

Plus sur EDF

12 décembre 2019 : Sûreté des installations françaises : et si la terre tremble ? - La résistance des centrales nucléaires aux tremblements de terre remise en question

27 août 2019 : Nos actions juridiques - « Irrégularités » en série chez un fournisseur d’EDF et Orano

29 avril 2019 : Nos actions juridiques - Report et remise en cause de l’installation des diesels d’ultime secours : l’ASN aux ordres de l’industriel ?

19 janvier 2018 : Nos actions juridiques - Greenwashing virtuel pour la campagne pub EDF "The Race"

21 octobre 2016 : Nos actions juridiques - EDF, le greenwashing au naturel !

24 septembre 2015 : Nos actions juridiques - Greenwashing pour la COP 21 : les mensonges d’EDF ne sauveront pas le climat !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL