Accueil > INFO - COP 2015/16/17/18... 19 ! Toujours rien à l’horizon, c’est à (...) > COP25- « Un échec lamentable » - ON NOUS LAISSE TOMBER MAIS ON NE NOUS FERA (...)

COP25- « Un échec lamentable » - ON NOUS LAISSE TOMBER MAIS ON NE NOUS FERA PAS TAIRE !

dimanche 22 décembre 2019, par C3V Maison Citoyenne

Près de 500 000 personnes ont défilé à Madrid le 6 décembre, alors que la COP25 battait son plein.
Si vous l’avez manqué
« Un échec lamentable » : La 25e conférence des Nations unies s’est terminée dimanche, après trois derniers jours de négociations tendues. Finalement, le texte dépouillé de sa substance qui en ressort échoue à mettre fin au charbon, au pétrole et au gaz, puisque les grandes puissances ayant des intérêts directs dans les énergies fossiles se sont opposées à l’action. La semaine dernière, des manifestant·e·s exprimant les revendications de citoyen·ne·s du monde pour arrêter les pollueurs ont été expulsé·e·s du sommet. De nombreuses questions majeures sur la mise en œuvre de l’accord de Paris ont été repoussées jusqu’à la COP26 qui se tiendra l’année prochaine à Glasgow, et ce malgré l’urgence d’agir.
Manifestante à Madrid brandissant un œil pour dire « nous vous observons ». Photo : Hoda Baraka

Le 6 décembre, plus de 500 000 personnes ont défilé à Madrid et à Santiago pour l’action climatique. Et tout au long des deux semaines de la conférence, de jeunes activistes du monde entier ont fait preuve d’une détermination et d’une clarté morale remarquables. Greta Thunberg l’a très bien exprimé dans son discours :
« Je vous dis qu’il y a de l’espoir. Je l’ai vu. Mais il ne vient pas des gouvernements ou des grandes entreprises. Il vient des gens qui commencent à se réveiller. »

Leaders autochtones de la Minga Indígena remettant à la COP une lettre réclamant leur reconnaissance officielle, le 10 décembre. Photo : Hugo Duchesne

Voix des peuples autochtones : Des leaders autochtones de toute l’Amérique latine se sont fait entendre à la COP25, malgré la délocalisation de dernière minute de la conférence en Europe. Au cours d’une magnifique cérémonie, ils et elles ont remis une lettre pour le climat réclamant que la consultation des peuples autochtones fasse officiellement partie des négociations. Cette lettre était aussi une mise en garde contre les marchés du carbone (pierre d’achoppement des négociations), considérés comme une fausse solution. Découvrez quelques-uns de ces leaders ainsi que leur parcours jusqu’à la COP (en anglais).
Activiste portant une tête en papier mâché à l’effigie du Premier ministre japonais Shinzō Abe, pour dénoncer son inaction pour empêcher les banques japonaises de financer le charbon. Photo : Hanae Takahashi, Les Amis de la Terre

Financement du charbon : Une nouvelle étude révélée à la COP25 montre que les investisseurs ont dépensé 745 milliards de dollars dans le développement du charbon depuis l’accord de Paris en 2015. Plus de 1 000 nouvelles centrales à charbon sont prévues dans le monde, alors que le secrétaire général des Nations unies lui-même a appelé à la suppression de tout nouveau projet charbonnier d’ici la fin de l’année prochaine.
Une pétition réclamant la fin du financement des énergies fossiles a recueilli 37 000 signatures dans le monde entier. Les sièges des banques et les financeurs de l’industrie fossile devraient être des cibles privilégiées des campagnes en 2020 !

La marche du 6 décembre à Santiago a eu lieu en même temps que la marche nocturne à Madrid. Photo : Fina

Chili : Pendant deux semaines ont été organisés des performances, des ateliers et d’autres actions durant le Sommet des peuples et le Sommet social pour l’action climatique à Santiago. En collaboration avec des groupes de toute l’Amérique latine, un Manifeste pour le climat a été publié, avec des exigences politiques en vue de résoudre la crise climatique et sociale. Découvrez les merveilleuses actions menées au Chili pendant la COP25.
Militant·e·s au forum des maires « Cities for Climate ». Photo : 350 EECCA

Changements au niveau local : Grâce au militantisme, des villes s’engagent à mettre fin à la crise climatique là où les processus onusiens mondiaux échouent. En Turquie, 24 communes, dont trois des cinq villes les plus peuplées, ont pris l’engagement officiel de respecter l’objectif de l’accord de Paris de maintenir le réchauffement sous la limite de 1,5 °C d’ici à 2030. Et deux autres villes d’Ukraine ont annoncé de nouveaux programmes d’énergie 100 % renouvelable : Trostianets et Baranivska.

À surveiller

Il ne faut pas se leurrer : cette COP25 est un échec car de nombreuses personnalités politiques et déléguées ont protégé les intérêts de l’industrie fossile. Le décalage avec les impératifs scientifiques n’a jamais été aussi grand. Mais l’ampleur de la démonstration du pouvoir du peuple est elle aussi incomparable. Regardez ce beau compte rendu en images du sommet : qu’il vous inspire pour passer à l’action dans les semaines à venir.

Dessin de Falco, Cuba.Le dessin du jour.Après l’échec de la COP25, vivement la COP26  Courrier International

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL