Accueil > NUCLEAIRE > Réseau Sortir du nucléaire > Nucléaire, fais-moi peur ! Du mercredi 23 octobre au lundi 4 novembre, 13 (...)

Nucléaire, fais-moi peur ! Du mercredi 23 octobre au lundi 4 novembre, 13 jours d’actions pour alerter sur le risque nucléaire

mardi 1er octobre 2019, par C3V Maison Citoyenne

Nucléaire fais-moi peur : 13 jours d’actions pour alerter sur le risque nucléaire

Alors que l’industrie nucléaire est en pleine déroute, elle profite des mobilisations sur le climat et des distributions de pastilles d’iode pour mener une vaste campagne de communication mensongère. L’objectif ? Faire accepter le risque nucléaire et présenter l’atome comme une solution au changement climatique.

Pire : aveugle au fiasco de l’EPR de Flamanville, et au mépris de toute considération démocratique, le gouvernement a déjà donné une feuille de route à EDF pour la construction de six nouveaux réacteurs sur les quinze prochaines années !

Contre les projets de nouvelles installations nucléaires ou la prolongation du fonctionnement d’usines ou de réacteurs vieillissants, mobilisons-nous en urgence pour refuser l’aggravation du risque nucléaire !

Idées d’actions

Contre les nouvelles installations en projet ou en chantier et contre la prolongation du fonctionnement d’usines et de réacteurs vieillissants, vous pouvez organiser des séances de tractage ou réunions publiques sur le thème des risques à rappeler aux gens qui vivent en zone à évacuer en cas d’accident majeur.
Profitez d’Halloween pour rendre ça ludique : déambulations macabres, déguisements "liquidateurs" ou "zombies" et distributions de comprimés d’iode factices façon « des bonbons ou un sort »...

Action : distribution de (fausses) pilules d’iode


Nous mettons à votre disposition des modèles de boites en carton à découper et assembler. Vous pouvez les commander sur notre boutique en ligne ou les imprimer chez vous (sur du papier épais ou en les collant après impression sur du papier rigide). Une notice à insérer à l’intérieur est également fournie pour détailler l’opération.


Vous pouvez aussi commander des boites déjà imprimées en couleurs sur du papier épais à monter vous-même via notre boutique en ligne :

- Commandez des fausses boites de pilules d’iodes à découper et assembler
À associer si vous le souhaitez avec nos autres articles de campagne (affiches/badges/autocollants)

- Commandez du matériel de la campagne "le nucléaire tue l’avenir, arrêtons-le !"
Où agir ?

Devant les pharmacies, les mairies ou les préfectures, pour interpeller les usagers et les professionnels de santé sur les Plans particuliers d’intervention (PPI) et sonder leur degré d’information sur les distributions de pilules d’iode et comment celles-ci fournissent une protection dérisoire en cas d’accident nucléaire.

Devant une agence EDF ou une antenne locale de l’Autorité de sûreté nucléaire, pour interpeller ces deux grosses institutions sur l’accroissement du risque d’accident qui découle mécaniquement de la prolongation d’usines ou de réacteurs vieillissants. Libre à vous de re-décorer ces bâtiments aux couleurs de la campagne et de faire sa fête au nucléaire !

Au marché, dans le centre-ville, ou tout autre lieu passant, pour informer le plus de gens possible sur la centrale nucléaire du coin ou le projet de nouvelle installation.

Action : les « Zones à évacuer » s’affichent autour des centrales


La zone concernée par les PPI (Plans particuliers d’intervention) - soit les territoires destinés à être évacués en cas d’accident - a récemment été élargie. Elle concerne désormais un périmètre de 20 km autour des centrales. Mais les personnes qui habitent et fréquentent cette zone sont-elles conscientes du danger permanent qui les guette ? Et celles qui habitent juste quelques centaines de mètres plus loin savent-elles qu’elles ne sont pas concernées par les mesures de protection ? (sachant qu’un panache radioactif ne reste pas sagement confiné dans un périmètre de 20 km)

Voici le principe de cette action proposée par Sortir du nucléaire Bugey :

Identifiez si votre commune se situe à moins de 20 kilomètres de la centrale nucléaire la plus proche : ce rayon correspond au nouveau périmètre des PPI (Plans Particuliers d’Intervention).
Rendez-vous à l’entrée de la commune choisie, muni.es de pancartes « Zone à évacuer en cas d’accident nucléaire majeur », à positionner en-dessous des panneaux qui annoncent le nom de la commune (attention de ne pas recouvrir le nom de la commune).

Vous pouvez réaliser ces panneaux sur du carton avec des marqueurs ou encore en utilisant ce modèle de 80 cm de large à imprimer-découper-assembler-coller à partir de 8 feuilles A4 :

https://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/panneau-zone-a-evacuer.pdf

Libre à vous d’imaginer les modalités de l’action : combinaisons blanches, mise en scène, venue de journalistes…
N’oubliez pas de prendre en photo votre action : vous pourrez ensuite nous envoyer vos clichés et compte-rendu d’action à mobilisations@sortirdunucleaire.fr

L’objectif de cette action imaginée par SDN Bugey est de sensibiliser les personnes qui fréquentent les zones avoisinant les centrales nucléaires (élu.e.s, habitant.e.s, automobilistes) sur le danger permanent qui les guette.

Pour toute question ou afin d’avoir de l’aide pour organiser une action, vous pouvez écrire à :
mobilisations@sortirdunucleaire.fr

POUR ALLER PLUS LOIN…

À bout de souffle et confrontée à de nombreux problèmes techniques et financiers (mur d’investissements, déchets ingérables, chantiers qui dérapent, perte de compétences) la filière nucléaire aimerait se refaire en lançant de nouveaux projets hors de prix et trop dangereux. La laverie de linge contaminé à Joinville (Haute-Marne), l’EPR de Flamanville en construction ou les six nouveaux réacteurs projetés par EDF, le projet Cigéo à Bure, le projet de piscine centralisée de stockage de combustible nucléaire usé et le site de Belleville pressenti pour l’accueillir ou encore l’usine de Malvési et son incinérateur de boues radioactives : qu’ils soient déjà en chantier ou au stade de projet, mobilisons-nous pour stopper ces plans mortifères.

Pour savoir quelles centrales sont les plus vieilles, vous pouvez visualiser leur âge et leur emplacement sur la carte en cliquant ici.

Actuellement, le réacteur n°1 de la centrale du Tricastin (Drôme) passe sa quatrième visite décennale, cet examen approfondi en vue d’être prolongé jusqu’à 50 voire 60 ans.

Et dès le début de l’année prochaine, ce sera au tour du réacteur n°2 du Bugey (Ain).

Récemment, la presse a par ailleurs révélé qu’une série de réacteurs étaient affectés par de graves malfaçons. Consultez la liste des réacteurs concernés en cliquant ici.

Depuis septembre 2019, le périmètre de distribution des pastilles d’iode autour des centrales nucléaires a été élargi de 10 à 20 km. C’est plus de 2 millions de personnes qui sont désormais concernées par cette distribution.
Pour en savoir plus : https://www.sortirdunucleaire.org/iode2019



.



.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL