Accueil > LINKY > LINKY - BORDEAUX : LA JUSTICE RECONNAÎT DES EFFETS NÉFASTES POUR LA SANTÉ DU (...)

LINKY - BORDEAUX : LA JUSTICE RECONNAÎT DES EFFETS NÉFASTES POUR LA SANTÉ DU COMPTEUR LINKY

mercredi 16 octobre 2019, par C3V Maison Citoyenne

France Bleu Gironde, France Bleu -Mardi 23 avril 2019

Au nom de leur santé et du principe de précaution, ils étaient 206 plaignants à réclamer devant le juge des référés de Bordeaux, la fin de la pose des compteurs Linky. Treize d’entre eux ont, en partie, obtenu gain de cause. Enedis va devoir poser un filtre pour les protéger des ondes dégagées.

Le juge des référés du Tribunal de Grand Instance de Bordeaux a donné, en partie, raison à treize particuliers, sur les 206 au total, qui avaient engagé une action en justice contre les compteurs communicants Linky. Ces treize plaignants, dotés d’un certificat médical attestant de leur hypersensibilité électromagnétique (maux de tête, insomnies…) lors de l’audience le mois dernier, vont pouvoir réclamer à Enedis, dans les deux mois, la pose d’un filtre les protégeant des champs électromagnétiques.

"Une première brèche... timide"

"C’est une première brèche" estime l’avocat des 206 plaignants, maître Pierre Hurmic, "car la décision ne concerne que quelques demandeurs de la procédure. Mais c’est quand même une première brèche, dans ce qui était, la pensée dominante jusqu’ici ; Enedis se bornant à dire qu’il n’y avait aucun danger !" Pierre Hurmic reconnaît que "c’est timide". Il aurait préféré "l’interdiction de la pose des compteurs Linky. Le combat continue et je ne désespère pas d’aboutir un jour."
Enedis a quinze jours pour faire appel de la décision du juge des référés en attendant le procès au fond. Elle a prévu de le faire a indiqué la filiale d’EDF à l’Agence France Presse, en début de soirée. Pour Enedis la décision du tribunal de Bordeaux "conforte aussi bien le principe du remplacement des compteurs que notre démarche d’écoute à l’égard de certains de nos clients qui se déclarent électro-sensibles."
Enedis souligne encore qu’il s’agit de cas "extrêmement rares pour lesquels nos équipes mettent en œuvre un accompagnement personnalisé et adapté à chaque situation particulière". La société rappelle que "toutes les mesures réalisées par les organismes indépendants mettent en évidence des niveaux de champs électriques et magnétiques très largement inférieurs aux limites réglementaires".

A Toulouse déjà…

Ce n’est pas le premier jugement allant dans ce sens. A Toulouse, le mois dernier, le juge des référés avait donné gain de cause à treize autres personnes souffrant d’hypersensibilité aux ondes. Ils avaient obtenu le droit de ne pas être équipés, contre leur gré, pour raison médicale, d’un compteur électrique Linky. A ce jour, 22 tribunaux ont été saisis d’actions conjointes. La grande majorité des plaignants, ont été déboutés notamment à Rennes et à Bordeaux.
Le compteur Linky, dont l’installation est pilotée par Enedis et qui permet de relever à distance et en direct la consommation des clients, fait l’objet de polémiques récurrentes depuis son déploiement en 2015.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL