Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > Historique : un état brésilien vient de voter en faveur d’une loi interdisant (...)

Historique : un état brésilien vient de voter en faveur d’une loi interdisant la fracturation hydraulique

jeudi 1er août 2019, par C3V Maison Citoyenne


Je suis fière. Au cours des deux dernières semaines, j’ai constaté une augmentation impressionnante du nombre d’articles au sujet de la Grève Mondiale pour le Climat (#ClimateStrike). Nos objectifs pour septembre prochain commencent véritablement à prendre forme. Un nouveau site, fr.globalclimatestrike.net, a été lancé. Vous pouvez désormais y inscrire vos propres événements organisés dans le cadre de la Grève pour le Climat des 20 et 27 septembre.

Mais ce qui me rend vraiment fière, c’est ce qui s’est passé au Brésil, où les militant·e·s fêtent encore leur victoire impressionnante, qui a donné un nouvel élan à la lutte en cours contre la fracturation hydraulique. Il y a déjà une semaine, on a appris que l’état de Santa Catarina a emboîté le pas à celui du Paraná, en décidant d’interdire la fracturation hydraulique sur son sol. Et quelques jours à peine après ça, la Banque Européenne a annoncé qu’elle souhaitait arrêter totalement de financer les énergies fossiles !

Le moment est venu de jouer un rôle plus actif dans le mouvement pour la justice climatique. Comme le dit Greta dans sa dernière vidéo : « Si ce n’est pas vous, alors qui le fera ? Si ce n’est pas maintenant, alors quand ? » Nous avons mis en place de toutes nouvelles ressources pour vous aider à organiser des marches dans votre région et à participer aux grèves pour le climat de septembre prochain.

Allons de l’avant,

Nicole

Au cas où vous l’auriez manqué

Interdiction de la fracturation hydraulique : en l’espace de deux semaines, les États brésiliens du Paraná et de Santa Catarina ont tous deux voté en faveur d’une loi interdisant à jamais l’usage de la fracturation hydraulique. C’est une étape historique. En d’autres mots, les plus grandes réserves de schistes d’Amérique latine resteront inexploitées et 12,5 millions d’habitant·e·s de l’État du Paraná seront protégé·e·s des effets directs de la fracturation. « Nous allons continuer ville par ville, État par État, jusqu’à ce que la fracturation hydraulique soit interdite à l’échelle du Brésil », a prévenu un militant brésilien. En savoir plus (article en anglais)

La banque européenne d’investissement souhaite cesser d’investir dans le charbon, le pétrole et le gaz !

Vous avez bien lu :au milieu d’une autre vague de chaleur record, la proposition de la banque de l’Union européenne, la plus grande banque multilatérale mondiale, de mettre fin à tout financement des combustibles fossiles arrive comme une bouffée d’air frais.

Cette victoire est le résultat d’une pression croissante de la société civile sur la BEI. Désormais, le conseil des gouverneurs de la banque doit approuver cette propositions après l’été. Les ministres des finances des Etats membres de l’Union Européenne siègent à ce conseil et il est essentiel qu’ils apportent leur soutien à la nouvelle politique de prêt à l’énergie.

Quelle merveilleuse nouvelle pour commencer la semaine n’est-ce pas ? :) En apprendre davantage sur cette nouvelle.

Il s’agit d’une situation d’urgence : de vastes régions du monde sont en proie à des vagues de chaleur, et une grande partie de l’Inde souffre toujours d’une sécheresse dévastatrice. Tandis qu’au Népal et au Bangladesh, les inondations ont fait des centaines de victimes et touché des millions de personnes. Les agriculteurs qui ont perdu leurs récoltes à cause de la chaleur extrême font entendre leur voix, et plus d’un demi-million de personnes ont déjà signé une pétition lancée par des jeunes, qui exhorte le gouvernement à déclarer officiellement l’état d’urgence climatique. Plus d’informations

Lundi, des manifestations organisées à San Juan (Porto Rico) ont bloqué une autoroute. Photo : Carlos Giusti, AP

Une grève suivie par l’île entière : Plus de 500 000 personnes ont promis de faire grève à Porto Rico. Elles exigent la démission du gouverneur de l’île, accusé de corruption, de sexisme, d’homophobie, ainsi que de mauvaise gestion et de négligence à la suite de l’ouragan Maria, qui a fait des milliers de morts. Les manifestations ont été déclenchées après la fuite de messages témoignant du mépris du gouverneur à l’égard des Portoricain·e·s. Mercredi soir, il a annoncé sa démission. Plus d’informations

Des nouvelles de la « laiterie de la mort : L’un des plus grands pollueurs de Nouvelle-Zélande, le géant laitier Fonterra, s’est engagé à cesser de construire de nouvelles chaudières à charbon, utilisées pour déshydrater le lait avant exportation. En savoir plus sur cette victoire (et n’oubliez pas de regarder leur vidéo parodique, elle est hilarante !)

Devant les bureaux de la chaîne canadienne CBC à Ottawa, des militant.e.s ont imprimé diverses « urgences climatiques » sur des sacs de sable utilisés habituellement pour se protéger contre les inondations. Photo : Nhattan Nguyen

Dire la vérité : Des citoyen·ne·s se sont rassemblé·e·s dans plusieurs villes canadiennes jeudi dernier, pour exiger que le radiodiffuseur public du Canada organise un débat télévisé sur la crise climatique et le « New Deal Vert » avant les élections nationales. Il y a encore quelques semaines, des feux de forêts faisaient rage dans toute l’Alberta, à l’ouest du Canada. Plus d’informations

Désinvestissement : Au cours des dernières semaines, un grand nombre d’institutions ont décidé de désinvestir des combustibles fossiles :

- Au Royaume-Uni, le National Trust va se désinvestir de ses 1 milliard de livres sterling d’actions dans les secteurs du pétrole, du charbon et du gaz.
- La London Pensions Fund Authority va désinvestir d’Exxon
- Chubb devient le premier assureur aux États-Unis à désinvestir des compagnies charbonnières
- Le Royal College of Emergency Medicine et la Royal Society of Arts vont désinvestir totalement des combustibles fossiles
- La plus grande ville du Pays de Galles a fait désinvestir son fonds de pension
- Des villes allemandes du Bade-Wurtemberg, de Hesse et du Brandebourg s’engagent à faire désinvestir partiellement leurs fonds de pension, tout en continuant pour le moment à soutenir les compagnies gazières.

À voir absolument

Voici une nouvelle vidéo dans laquelle Greta Thunberg, connue pour son discours sincère qui frappe au cœur, et d’autres personnalités du monde entier appellent à l’action en septembre prochain.

« Si ce n’est pas vous, alors qui le fera ? Si ce n’est pas maintenant, alors quand ? » Greta a raison. N’hésitez pas à regarder et à diffuser cette vidéo dès aujourd’hui , pour contribuer à convaincre des millions de personnes de participer à la Grève Mondiale pour le Climat en septembre prochain.

Mettez-vous à contribution

Comme le dit dans la vidéo un gréviste pour le climat originaire des Philippines : « Il est temps de prendre notre avenir en main, et de ne plus le laisser entre celles de l’industrie fossile ».

Les jeunes sont à la tête de la récente vague d’action mondiale contre l’injustice climatique — il est temps aujourd’hui pour les autres générations de les rejoindre dans la Grève Mondiale pour le Climat.

Après avoir diffusé la vidéo, rendez-vous à la section Ressources de globalclimatestrike.net pour savoir comment faire passer le message, et faire de ce mois de septembre le tournant décisif dont le monde a besoin.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL