Accueil > « NOUS VOULONS DES COQUELICOTS » - CONTRE TOUS LES PESTICIDES DE (...) > NOUS VOULONS DES COQUELICOTS ! - Mouvement contre tous les pesticides de (...)

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS ! - Mouvement contre tous les pesticides de synthèse - CHANGEMENT  : Rendez-vous rue Gabriel Cortel (rue pietonne) JOIGNY - VENDREDI 7 JUIN - 18h30 !

jeudi 6 juin 2019, par C3V Maison Citoyenne

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS !

SIGNONS TOUS CONTRE TOUS LES PESTICIDES DE SYNTHÈSE



VOUS AVEZ VU LES COQUELICOTS ? -

ILS SONT PARTOUT OÙ ON NE LES A PAS EMPÊCHÉ DE PROLIFÉRER.

GRÂCE À NOS ACTIONS, ILS VONT SE MULTIPLIER !


Prochain Rendez-vous à JOIGNY :

VENDREDI prochain, le 7 JUIN à 18h30

. ATTENTION CHANGEMENT DE LIEU

NOUS IRONS RUE GABRIEL CORTEL, (rue piétonne)

sur la petite place à mi-pente

Pétition sur https://nousvoulonsdescoquelicots.org. Déjà presque 700 000 signatures ont été recueillies dans toute la France !

Voici un petit bilan des captages d’eau dans l’Yonne (sources : Préfecture de l’Yonne et Agence régionale de Santé) :

La carte de 2016 (cf. en PJ) annonce 126 captages abandonnés et 281 captages en service (31 % des captages abandonnés). Le mouvement d’abandon s’accélère. En 2008, il y avait encore 365 captages en service. A la fin 2018, il n’y en a plus que 271. Entre 2008 et 2018, 94 captages ont été fermés dont la plus grande partie pour cause de pollutions aux pesticides (quelques-uns pour pollution aux nitrates, turbidité, microbiologie non conforme… Cf. la carte 2016-2017 en PJ).

Les communes sont contraintes de se raccorder aux réseaux d’eau des communes voisines ou bien de faire installer des unités de traitement à charbon actif qui coûtent entre 600 000 et 800 000 euros (cf. photo en PJ). Ce ne sont pas les pollueurs qui paient la note mais les consommateurs.

Trois unités de traitement de nitrates et une trentaine d’unités de traitement de pesticides sont aujourd’hui en service dans l’Yonne (dont 12 en Puisaye-Forterre). Les dernières installées se trouvent sur les communes de Egriselles-le-Bocage, Brienon, Villeneuve-la-Guyard, Perceneige, Villeblevin, Tannerre, Charny, Asnières-sous-Bois, Blannay. Une autre est prévue à Bussy-en-Othe.

L’Yonne est un département sinistré. Alors qu’il y a de l’eau partout, nous n’allons plus pouvoir la boire !
Pétition sur https://nousvoulonsdescoquelicots.org.
Déjà presque 700 000 signatures ont été recueillies dans toute la France !

Il faut interdire les pesticides ! Ça urge ! Nous voulons des coquelicots !

- Vous pourrez nous retrouver sur le MARCHE de JOIGNY samedi prochain, 8 juin. - puis le 16 juin sur le VIDE-GRENIER de CHAMPVALLON.—> [1]

POURQUOI NOUS RETROUVONS-NOUS DANS TOUTES LES VILLES DE FRANCE LES 1er VENDREDI DE CHAQUE MOIS ?

- Faire connaitre le Mouvement des COQUELICOTS
- Informer
- Recueillir des signatures

Rejoignez-nous ! Soyons nombreux à nous réunir pour mieux informer...


Nous voulons des coquelicots - signez ICI ! ins>

Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

Texte de la chartre
Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.
Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.
Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France.

Assez de discours, des actes.

Notes

[1

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL