Accueil > 💀 Pisseurs et Pisseuses Involontaires de Glyphosate (89) > PETITION - GLYPHOSATE - 1 POINT DE GAGNE... MAIS IL FAUT CONTINUER, ON LÂCHE (...)

PETITION

PETITION - GLYPHOSATE - 1 POINT DE GAGNE... MAIS IL FAUT CONTINUER, ON LÂCHE RIEN !

PETITION

mardi 24 mars 2015, par C3V Maison Citoyenne

Quand les plus hautes autorités sanitaires mondiales confirment que les lanceurs d’alerte avaient raison, il faut en effet aller au bout de la logique : notre santé d’abord !

Pour un décret interdisant l’usage du glyphosate.

Pétition lancée par Générations Futures

L’agence du cancer de l’Organisation mondiale de la santé (IARC), basée à Lyon, dans le Rhône, a classé, vendredi 20 mars, cinq pesticides comme cancérogènes « probables » ou « possibles » pour l’homme.
Plus d’infos
L’herbicide glyphosate, l’un des plus utilisés dans le monde, et les insecticides malathion et diazinon entrent ainsi dans cette première catégorie. Les insecticides tetrachlorvinphos et parathion, qui font déjà l’objet d’interdictions ou de restrictions dans de nombreux pays, entrent dans la deuxième catégorie.

L’usage du glyphosate a augmenté
Le glyphosate est l’herbicide dont la production est la plus importante en volume. Outre l’agriculture, où son usage a fortement augmenté, il est également utilisé dans les forêts et par les particuliers dans leurs jardins. Il a été retrouvé dans l’air, dans l’eau et dans la nourriture, selon l’IARC.

extrait LE MONDE avec AFP 20.03.2015

Autre extrait du MONDE : Le désherbant Roundup classé cancérogène - Monsanto en accusation !

la suite

En complément de la pétition lancée par

Générations Futures

nous vous proposons d’interpeller directement le Ministre

Voici le texte de la cyberaction proposé

Monsieur le Ministre,

Le Centre International de recherche sur le Cancer (IARC) vient de classer comme « cancérigène probable » le glyphosate, substance active notamment du fameux herbicide RoundUp (désherbant le plus utilisé au monde et associé à la culture des OGM).

Plutôt que des promesses électorales, nous voulons de manière urgente la parution d’un décret interdisant l’usage du glyphosate.

Attentif à vos décisions, je vous prie d’agréer mes sincères salutations.

xxx

Rendez-vous ICI pour signer cette pétition



Communiqué de presse Mardi 24 mars 2014

Rapport de l’OMS  : ces pesticides qui s’attaquent aux jardiniers

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de classer 5 nouveaux pesticides comme cancérigènes potentiels. Parmi eux on trouve le glyphosate, la substance active du Roundup®, l’herbicide le plus utilisé dans le monde.
France Nature Environnement (FNE) alerte depuis longtemps sur les dangers de
cet herbicidepour la santé et l’environnement. Elle demande aux pouvoirs publics d’agir au plus vite pour interdire cette molécule et pour réduire de moitié l’usage
des pesticides.
Prendre en compte ce que dit la science Le glyphosate vient d’être classé par
l’OMS comme cancérigène « probable ».
Certaines études1le classent comme un perturbateur endocrinien depuis 2012.
Même à faible dose, les impacts sanitaires de ces substances (troubles de la
fertilité, malformations, cancers hormono-dépendants…) sont de mieux en mieux connus.
La santé a un coût et chaque année, les perturbateurs endocriniens représentent
une dépense de 82 milliards d’euros pour la France2. FNE demande que la
procédure d’autorisation des pesticides prenne en compte les avancées de l
a science et que la France continue ses efforts pour que l’Union européenne
se dote rapidement d’une définition légale des perturbateurs endocriniens.

Pour un retrait immédiat !

En tout état de cause, le principe de précaution appelle à éviter que les agriculteurs
et tous les autres usagers soient exposés à un produit toxique à la fois pour la santé
et pour l’environnement. En 2011, une étude basée sur des prélèvements en milieu
aquatique avait retrouvé le glyphosate dans plus de 60% des cours d’eau français3.FNE se prononce pour l’interdiction immédiate de la vente et l’usage de
cet herbicideen zones non agricoles (forêts, jardins, parcs, voirie, etc.). En zones agricoles, la France doit agir immédiatement pour revoir la classification du
glyphosate dans la réglementation européenne.
Pour Jean-Claude Bévillard, Vice-Président de FNE en charge du dossier
Agriculture  :« Une classification par l’OMS n’implique pas automatiquement une classification...
(Voir notamment l’étude menée par Clair et Alii (2012) cité dans un rapport de l’ANESES

D’après les chiffres de la fédération européenne de santé environnement (HEAL) cité ICI

Voir l’étude du Comissariat Général au développement durable )

...par la réglementation européenne.Or c’est à ce niveauque se décide l’autorisation
des molécules. Une classification CMR 1b (cancérogène probable) au niveau européen permettrait le retrait des produits contenant du glyphosate. »

Pour Benoît Hartmann, porte-parole de FNE : « La santé des utilisateurs de
pesticides passe par leur bonne information mais également par une action déterminée envers les fabricants de tels produits. Il n’est pas acceptable qu’un
produit probablement cancérigène et suspecté d’être un perturbateur endocrinien
soit disponible dans le commerce ! En agriculture, les alternatives aux herbicides (rotation des cultures, couverture ou travail du sol, etc.) sont bien connues et
constituent la base de l’agro-écologie.
Elles doivent être promues auprès de tous les agriculteurs pour atteindre les
objectifs du plan Ecophyto qui doit permettre de réduire de moitié l’usage des pesticides. »

En france, la disparition des abeilles prend une tournure dramatique


Les derniers chiffres de l’Institut de recherches publiques France Agrimer, dépendant directement du Ministère de l’Agriculture, sont effarants.

Plus de 1 000 colonies d’abeilles sont décimées en France… chaque jour !
En seulement 6 ans, le nombre d’apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % ! Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d’après France Agrimer.

C’est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre.

La majeure partie de ce que nous cultivons aujourd’hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis, mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol…

Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer.

Sans elles, c’est l’alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d’espèces d’insectes, d’oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir.

Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd’hui clairement identifié et dénoncé par plus d’une quarantaine d’études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans.

Il s’agit d’un groupe d’insecticides utilisés massivement (...)

Lire la suite...


DES ABEILLES ET DES HOMMES - Bande-annonce VF par CoteCine

On prête à Einstein la phrase suivante : "si les abeilles venaient à périr, les hommes périraient quelques jours plus tard".
- Ce documentaire exceptionnel propose un tour du monde des abeilles afin de comprendre pourquoi et comment, depuis 2007, ces sentinelles de l’environnement disparaissent, parfois mystérieusement...

Voir en ligne : Cyber action

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL