C3V

Accueil > CABARETS / SPECTACLES / CONCERTS / FIMS / DIVERS... > MOULIN DE HAUSSE-CÔTE > MOULIN DE HAUSSE-CÔTE - samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018 - WEEK-END (...)

MOULIN DE HAUSSE-CÔTE - samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018 - WEEK-END SPECTACLE - TEXTES et CHANSONS POYAUDINS ETC..

jeudi 1er novembre 2018, par C3V Maison Citoyenne

CALENDRIER 2018/début 2019

https://c3vmaisoncitoyenne.com/spip.php?article2213&var_mode=calcul


Association - Le Chemin du Moulin-Moulin de Hausse-Côte
- Route de Sainte Colombe
- 89520 Saints en Puisaye

Chers amis du Moulin,

Quelle effervescence au Moulin !

Que se passe-t-il ?

Et bien il se passe que l’équipe du Moulin organise pour la première fois,

samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018, un week end de spectacle :

Terre en scène

Pas moins de 3 évènements sont au programme sur les 2 jours. Et pas que. Il y aura aussi un repas du terroir.

Alors le programme commence

samedi 24 novembre à 17h00


avec « Histoires Poyaudines »


par Jean Massé avec sa biaude et ses sabots ,nous contera des textes de Fernand Clas.

A 19h00, pour ceux qui auront réservé (c’est obligatoire), nous vous proposerons un repas du terroir à 9 € sans les boissons. Au menu : boudin fabriqué sur place, pommes de terre en robe des champs et pommes, fromage et tarte aux poires. Miam….

A 21h00, la fête continue avec « Morceaux de vie »,


solo théâtral de Jérôme Rousselet,


paysan de père en fils depuis des siècles.


Et ça continue

dimanche 25 novembre à 16h00


avec « De la terre à la guerre » par René Daudan et Raphaël Darley,


textes, chansons et théâtre de Gaston Couté.

Côté tarif, pour 1 spectacle, c’est le prix habituel : 10 € pour les non adhérents ou 7 € pour les adhérents, gratuit pour les moins de 12 ans.

Et pour les 3 spectacles nous vous proposons un Pass vraiment très intéressant : 25 € pour les non adhérents ou 16 € pour les adhérents.

La réservation des places est conseillée et celle du repas est obligatoire au plus vite auprès de :

Ø Catherine 06 66 84 44 06

Ø Nanou 06 99 83 96 18

Et si vous voulez en savoir plus……

HISTOIRE POYAUDINES

L’interprète

Jean Masse, conteur poyaudin, ouvrira les journées « Terre en scène » au moulin de Hausse Côte. Il vêtira sa « biaude », chaussera ses sabots, pour faire revivre les sonorités patoisantes des textes de Fernand CLAS.

L’auteur des textes

Fernand Clas est né à Leugny en 1898, il parcourut les fermes de Puisaye avec son père vétérinaire. C’est dans ces rencontres qu’il puisa son inspiration, il nous laissa de précieux témoignages en patois du mode de vie, et des coutumes de l’époque.

On raconte qu’il aimait tellement le vin et si peu l’eau, qu’il a supprimé le "o" de son patronyme, Colas, pour devenir Clas.

----

MORCEAUX DE VIE

L’artiste

Jérôme Rousselet est paysan et artiste grenoblois, descendant d’une longue lignée de Mayennais (paysans, laboureurs, éleveurs, cultivateurs, métayers….) à la ferme familiale de la Mancellière.

La compagnie Pakapaze

La compagnie Pakapaze est née en février 2000 d’un fort désir de création dont Jérôme Rousselet en est le principal acteur.

Ecriture, mise en scène et jeux rythment depuis la fin du deuxième millénaire cette compagnie implantée en milieu rural.

Une quinzaine de spectacles ont ainsi été créés dont une moitié sur des thèmes agricoles.
Ces derniers répondaient souvent à des commandes pour faire la promotion d’idées que la compagnie défendait elle-même : écologie, fuite en avant du productivisme, déshumanisation, etc, etc.

Utiliser le spectacle vivant pour parler de sujets épineux a toujours motivé l’équipe Pakapaze. Mais la compagnie s’intéresse aussi à d’autres thèmes comme la dépression, la fuite en avant de nos sociétés modernes et l’auscultation de son propre imaginaire.

La compagnie Pakapaze est de plus en plus consciente que les liens qu’elle tisse entre les différents groupes d’individus sont une alternative aux cloisonnements toujours plus importants de nos sociétés modernes. C’est pourquoi la compagnie est toujours curieuse de porter ses spectacles dans des milieux très différents.

Le spectacle (vu par l’artiste)

« Morceaux de vie » ou monceaux de vie ! C’est selon, c’est à l’envie. Des envies d’ailleurs quand on est enraciné plus ou moins profondément dans la terre de ses ancêtres. Depuis des siècles, paysan de père en fils. Depuis des siècles Mayennais de père en fils.

Bref c’est du lourd et du costaud au niveau identitaire. Quand on ajoute à cela une ferme familiale occupée depuis 1802 par mon frère, père, arrière et arrière...un vrai inventaire.

Tout ça je vais vous le raconter. Pas ma vie intime quand même ! Ce n’est pas mon genre. Par contre je vais vous balancer quelques morceaux...de vie...et d’autres choses...en prose...sans pause. Et tout ça avec humour, tendresse et férocité.

DE LA TERRE A LA GUERRE

Les interprètes.

Ce sont des amateurs, amateurs de poésie, de beaux textes, de théâtre

et de vraies chansons.

René Daudan
Poète, auteur compositeur, comédien et paysan retraité.

« Chanter pour moi n’est pas un don, c’est un obsédant corps à corps » dit René dans une de ses chansons, mais qu’on ne s’y trompe pas, si à chaque concert il livre un combat avec lui-même, comme un haltérophile avec sa barre, plus de trente ans après ses premiers essais, René Daudan nous transporte dans un univers poétique et coloré.


Raphaël Darley

Comédien amateur, retraité de l’Éducation Nationale.

Initiateur de ce spectacle et fervent admirateur de Gaston Couté, il travaille actuellement à un projet autour de textes de Bernard Dimey

Le Spectacle.
Ce spectacle est d’abord un cheminement, à travers quelques textes de Gaston Couté, chantés, dits ou joués, la plupart en patois.

Le chemin part de la terre, la terre confisquée ou partagée, la terre exigeante ou généreuse, la terre hostile ou accueillante, pour nous conduire à la guerre, la grande guerre bien sûr, que Couté ne verra pas, en passant par celle de 70, encore dans les mémoires de cette fin de 19ème siècle. Mais pour Couté, la seule guerre à faire, c’est la guerre à la bêtise, la guerre pour la liberté de penser et d’aimer, la guerre sociale.

L’auteur des textes

Gaston Couté est le fils d’un meunier. Avant le baccalauréat, il quitte l’école, qu’il détestait. Il est employé comme commis auxiliaire à la Recette générale des impôts d’Orléans, puis travaille pour un journal local, Le Progrès du Loiret. Il commence à publier ses poèmes, dont certains sont composés en patois beauceron, dans des feuilles locales. Il a l’occasion de les faire entendre à une troupe d’artistes parisiens en tournée. Ayant reçu quelques encouragements, il se décide, en 1898, à monter à Paris. Il a dix-huit ans.

Après quelques années de vaches très maigres, il obtient un certain succès dans les cabarets. Il collabore à la revue La Bonne Chanson de Théodore Botrel. Le chansonnier et poète Jehan-Rictus qui avait fondé sa poésie sur l’usage de la langue argotique, fut sensible à son talent et dit de lui : « ... Georges Oble et moi, nous nous trouvions incontestablement en présence d’un adolescent de génie qui, à ses dons extraordinaires, joignait déjà une technique des plus habiles et la connaissance approfondie du métier... »

Il contribue à des journaux libertaires, La Barricade et surtout La Guerre Sociale où il écrit La Chanson de la semaine.

Réservation auprès de :

Nanou 06 99 83 96 18

Catherine 06 66 84 44 06

Merci pour votre attention

L’équipe du Moulin

www.haussecote.fr


CALENDRIER 2018/début 2019

https://c3vmaisoncitoyenne.com/spip.php?article2213&var_mode=calcul

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL