C3V

Accueil > SOCIETE > SOCIETE > PARIS - 24 août - PHOTOS & VIDEO COMPLETE au jardin dédié aux combattants (...)

PARIS - 24 août - PHOTOS & VIDEO COMPLETE au jardin dédié aux combattants de la Nueve - discours de Richard PROST, membre de la collégiale C3V JOIGNY en présence de la maire de PARIS

lundi 24 septembre 2018, par C3V Maison Citoyenne

NOTRE AMI RICHARD PROST intervient à la 36,38ème minute

Yonne Républicaine - Joigny - Publié le 27/08/2018

Un hommage a été rendu au combattant espagnol Manuel Lozano par Richard Prost, à Paris

en présence du maire, Anne Hidalgo et d’une dizaine de descendants des combattants espagnols de la compagnie « La Nueve », de la deuxième Division Blindée du général Leclerc, pour rendre hommage à leurs ascendants qui luttaient contre le fascisme et le nazisme.


Richard Prost à la tribune rend hommage à Manuel Lozano (Voir le texte ci-dessous)

Avec Anne Hidalgo


Avec Colette Dronne


Les portraits

Anne Hidalgo

Le public


le vendredi 24 août 2018 - PARIS - à partir de 17h00, devant le jardin dédié aux combattants de la Nueve,
3 rue de Lobau 75004 Paris
cérémonie du 24 Aout 1944

en la mémoire des espagnols de la compagnie "La Nueve"de la 2éme DB du Général Leclerc,


la première a être rentrée dans Paris au moment de la Libération de Paris.

Notre ami et membre de la collégiale de C3V Maison citoyenne y prononcera un discours en la mémoire d’un des combattants Manuel Lozano

 [1] (qu’il a bien connu), en la présence dela Maire de Paris Anne Hidalgo.

24 août 1944 - 24 août 2018 « Qui étaient ces soldats de la Liberté ? »

PLUS DE RENSEIGNEMENTS


Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


Combattant de la liberté

Manuel Lozano, qui s’est éteint à 84 ans, à Paris, en 2000, avait eu l’occasion de rencontrer Richard Prost.

Ce dernier tournait alors un documentaire, Un autre futur. Manuel Lozano lui avait raconté son épopée, quand ouvrier agricole en Andalousie, et membre des jeunesses libertaires, il avait combattu dans les rangs républicains, avant de s’exiler en Afrique du Nord, où il avait intégré les Forces Françaises Libres, et rejoint la Nueve de la 2 e DB. Il était à Paris le 24 août 1944 et avait participé à la libération de la ville.
« Un antifasciste valeureux »

Manuel Lozano n’a pas eu d’enfants. C’est pourquoi Richard Prost a été désigné pour lui rendre hommage, ce jeudi, devant un public nombreux.

Le Jovinien, diplômé de l’école du cinéma Louis Lumière, et réalisateur de documentaires sociaux et géopolitiques, a fait lecture d’un texte d’une dizaine de minutes. « J’ai eu beaucoup d’émotion à prononcer ce discours, explique Richard Prost. Il me fallait à la fois contenir cette émotion et la transmettre. Dire qui était Manuel Lozano. Cet antifasciste valeureux qui voulait un monde meilleur pour nous tous. ».

Manuel Lozano a été ouvrier du bâtiment dès 1945, mais aussi peintre et poète. Il repose au cimetière de Pantin.


Documents joints

Notes

[1

Manuel lozano un homme de la Nueve au 33 Il sera de tous les combats de la CNT, contre Franco ou l’Allemagne nazie, de l’Espagne à Paris.

Manuel Lozano naît à Jerez de la Frontera (Andalousie) le 14 avril 1916. C’est à l’âge de 16 ans qu’il adhère aux Jeunesses libertaires et à la CNT. Il combat pendant la guerre civile dans le camp de la République sur les fronts de Málaga, Grenade, Marbella et Murcie.

À la défaite du camp républicain, il réussit à prendre un bateau et rejoint Oran (Algérie) en avril 1939. Il s’engage dans les corps francs d’Afrique en 1943 et prend part à la libération de Bizerte, en Tunisie.

Incorporé, comme beaucoup de ses camarades anarchistes espagnols, dans la Nueve de la 2e DB, Manuel Lozano participe à la bataille de Normandie et à la Libération de Paris. Puis il continue avec la Nueve vers l’Allemagne et est encore présent lors de la libération du camp de Dachau ainsi qu’au Nid d’aigle d’Hitler. Des médailles lui sont attribuées. Il n’en fera jamais étalage.

À sa démobilisation, en 1945, il intègre la CNT ­d’Espagne en exil à Paris. Il fréquentera les locaux de la CNT de la rue Sainte-Marthe et du 33, rue des Vignoles jusqu’à la fin de ses jours, avec la carte de la CNT en poche.

Ses presque huit années de guerre ne l’ont pas défait de son humanisme ni de ses idées anarchistes. Il contribue à la presse confédérale et libertaire : Anarkia (Alcalá), CNT (Madrid) et Siembra (Alicante). De plus, grand amateur de poésie, il en publie de nombreuses à compte d’auteur.

Manuel Lozano décède le 23 février 2000. Lors de son enterrement, qui a lieu au cimetière parisien de Pantin, la Ville de Paris, la fille du capitaine Dronne (commandant de la Nueve), Evelyn Mesquida et ses camarades de la CNT l’accompagnent.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL