Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > C’EST L’ETE ! Les Pailles en plastiques : s’en passer, d’accord, mais comment (...)

C’EST L’ETE ! Les Pailles en plastiques : s’en passer, d’accord, mais comment ? Oui, bon, en s’en passant bien sûr mais encore.......

lundi 30 juillet 2018, par C3V Maison Citoyenne

J’ai eu l’occasion en juillet, refusant une paille dans un resto, de me retrouver, manque de touillette pour mon jus de tomate, avec une paille... mais...une paille...

inox - lavable et donc réutilisable !

Alors...

A l’image des poches en plastique longtemps fournies en caisse pour transporter ses courses, les pailles systématiquement mises dans nos boissons sont dans le viseur de plusieurs collectifs, mairies et organisations. La mobilisation autour de la fin de ces ustensiles jetables prend-elle dans la restauration ? Qu’en disent les fabricants ? Vers quelles alternatives se tourner ? Petit tour d’horizon, au cœur de l’été.
Une paille !
« A l’instar du Costa Rica, qui a déjà engagé une politique de lutte contre les pailles, nous inscrirons dans la deuxième feuille de route à la rentrée la disparition progressive des pailles jetables dans les équipements publics de la Ville« , a déclaré Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris chargée de l’économie circulaire, le 5 juillet, engageant ainsi la Ville dans une démarche volontariste destinée à supprimer progressivement la distribution de pailles en plastique à usage unique dans les services et lors des événements qu’elle organise.

Un engagement auquel les cofondatrices du collectif Bas les pailles ne s’attendaient pas de sitôt, en lançant leur mobilisation le 22 avril 2017, à la veille de l’élection présidentielle : alors que leur pétition affiche près de 170 000 signatures, elles sont heureuses de voir que les choses bougent. « L’engagement récent de la mairie de Paris est clairement lié à notre action et notre dialogue avec les élus en charge de ces sujets, nous avons mené des actions communes et ce type de mesure concrète, avec une clause inscrite dans les marchés publics, est de nature à changer la donne », note Johanna Niedzialkowski, cofondatrice du collectif. « Le fait que des entreprises comme Pernod Ricard nous aient contacté rapidement pour témoigner de leur engagement en ce sens, et que des enseignes comme MacDo ou Starbucks commencent à y réfléchir, sous pression de leur direction, sont de bons signaux », souligne aussi la jeune femme.

Suite sur Le Monde Blog

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL