Accueil > NUCLEAIRE > RETOUR FORCÉ - Six ans après la catastrophe, le gouvernement japonais vient (...)

RETOUR FORCÉ - Six ans après la catastrophe, le gouvernement japonais vient de lever l’ordre d’évacuation dans quatre districts autour de la centrale nucléaire.

samedi 1er avril 2017, par C3V Maison Citoyenne

RETOUR FORCÉ

Libération
Six ans après la catastrophe, le gouvernement japonais vient de lever l’ordre d’évacuation dans quatre districts autour de la centrale nucléaire. Une abrogation qui met fin aux aides financières et pourrait précipiter la réinstallation de la population dans des lieux encore contaminés.

En apparence, c’est un retour à la normale.
Le gouvernement japonais a levé, entre vendredi et samedi, l’ordre d’évacuation imposé aux populations de quatre districts autour de la centrale de Fukushima Daiichi au pire de la crise nucléaire en mars 2011 - trois communes depuis vendredi, la quatrième ce samedi. Mais loin d’être anodine et purement formelle, la décision a des airs de contrainte, voire de menace.

Elle va se traduire par la perte automatique de subventions et d’aides financières, notamment au relogement, pour environ 32 000 personnes qui résidaient avant 2011 dans les communes de Tomioka, Namie, Iitate et Kawamata. Et elle risque surtout de précipiter le retour de ces habitants dans des zones où les niveaux de contamination radioactive demeurent élevés et sources d’inquiétude pour la santé. Alors que la Commission internationale de protection radiologique recommande une exposition maximale de 1 millisievert (mSv) à l’année, l’Etat japonais a poussé ce seuil jusqu’à 20 mSv pour ses populations. Soit la limite autorisée pour les travailleurs du nucléaire.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL