Accueil > ASSOCIATIONS > ► INFOS ASSOCIATIVES LOCALES - NATIONALES ET INTERNATIONALES RESUMEES - DU (...)

► INFOS ASSOCIATIVES LOCALES - NATIONALES ET INTERNATIONALES RESUMEES - DU 13 au 19 FEVRIER- avec remises à jour toute la semaine

mercredi 1er février 2017, par C3V Maison Citoyenne

iNFOS DU 13 au 19 FEVRIER 2017

Vous trouverez ici regroupées, les nouvelles des associations locales, nationales et internationales en bref ou intégrales pour certaines, avec tous les liens utiles.

Des articles sont ajoutés au fur et à mesure de leurs arrivées dans la semaine correspondante - N’hésitez donc pas à y revenir chercher les nouveautés



Lettre Forêt vivante n°47 de Yonne Lautre (12.02.17)


Merci de faire connaître cette lettre si elle vous paraît utile.

1/ Des incendies dévorent des dizaines de milliers d’hectares au Chili

Près de 190 000 hectares de forêt ont déjà été ravagés par les flammes qui continuaient de progresser, mercredi 25 janvier, dans le centre du Chili, en proie au total à 85 feux de forêt, selon les autorités.

http://www.lemonde.fr/planete/video/2017/01/26/des-incendies-devorent-des-dizaines-de-milliers-d-hectares-au-chili_5069446_3244.html

2/ Cyberaction N° 875 : Contre le pillage de nos forêts et la biomas’carade

Plus près de nous la destruction massive de la forêt des Cévennes est programmée pour être brûlée dans la centrale de Gardanne à raison de 850 000 tonnes par an dans le but de produire de l’électricité.

Une grande manifestation est organisée dimanche 5 février à Gardanne.

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/pillage-forets-biomas-carade-1284.html

3/ L’écho des Adrets N°14 : Numéro spécial - Le programme forêt-bois 2017-2027, la fin de la ( vraie ) forêt ?

Initié par la nouvelle loi dite LAAF 2014 contre laquelle Adret-Morvan et SOS Forêt France avaient déjà bataillé (voir notre Écho des Adrets n° 5 d’avril 2014), le plan national réunit la forêt et la filière dans un même ensemble productif, avec la conséquence qui en découle : sous couvert de forêt de production assumée, on s’oriente vers la forêt standardisée et calibrée à la demande ponctuelle de l’industrie.

http://adretmorvan.org/documents/lettre14.pdf

4/ Agir contre la déforestation dans le monde : L’ONU ne doit pas exacerber la déforestation au Pérou ! (pétition)

L’ONU injecte 100 millions de dollars au Pérou pour la production d’huile de palme, de cacao et de café afin d’endiguer la culture de la coca. Et soutient ainsi des investisseurs qui déboisent massivement l’Amazonie pour leurs plantations industrielles. Des membres de l’ONU participeraient visiblement au business des monocultures.
https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1067/l-onu-ne-doit-pas-exacerber-la-deforestation-au-perou

5/ Souscrivez la lettre qui exhorte la FAO à revoir sa définition de forêt

Le 21 mars, date de la Journée internationale des forêts, n’est plus très loin. Vous vous rappelez sans doute que, ce jour-là, nous ferons parvenir à la FAO une lettre pour lui exiger de changer sa définition de forêt car, telle qu’elle est, elle permet de considérer comme une forêt n’importe quelle plantation industrielle d’arbres.

L’entrée en vigueur de l’Accord de Paris a ouvert la voie à une nouvelle expansion des plantations industrielles d’arbres. Cette expansion est encouragée par des moyens divers, qui vont de la promotion des puits de carbone aux soi-disant programmes de reboisement ou de restauration, et à la promotion du bois en tant que source d’énergie pour remplacer les combustibles fossiles. Or, l’une des raisons à l’origine de cette promotion est que l’Accord de Paris et la plupart des pays qui l’ont souscrit ont adopté la définition de forêt de la FAO.

http://wrm.org.uy/fr/article_surbrillance/souscrivez-la-lettre-qui-exhorte-la-fao-a-revoir-sa-definition-de-foret/

6/ En Afrique de l’Ouest, la criminalité environnementale dégrade les écosystèmes et la forêt

À l’échelle mondiale, la criminalité environnementale est en plein essor. L’auteure de cette tribune explique les ressorts de l’exploitation forestière illégale en Afrique de l’Ouest et décrit ses conséquences socio-économiques et environnementales.

https://reporterre.net/En-Afrique-de-l-Ouest-la-criminalite-environnementale-degrade-les-ecosystemes

7/ Non à l’exploitation minière dans les forêts de protection ! (pétition jusqu’au 20 février)

Le ministère de l’agriculture veut modifier le régime forestier spécial des forêts de protection pour y permettre, entre autres, l’exploitation minière. Et ne perd pas de temps : un décret doit entrer en vigueur dès le 1er mars. Manifestons notre opposition auprès du gouvernement avant la fin de la consultation publique le 20 février !

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1087/non-a-l-exploitation-miniere-dans-les-forets-de-protection

8/ Finançons ensemble une récolte de bois éthique

Cet appel a été lancé il y a un mois, nous sommes heureux de vous annoncer
que nous avons récolté 5000 €. Merci à tous les contributeurs, pour leur
confiance !
Et la collecte continue ! N’hésitez pas à relayer l’info autour de vous et
à nous contacter pour plus de renseignements.

http://alternativesforestieres.org/Financons-ensemble-une-recolte-de-303

et lire nos articles dans ces rubriques dédiées

Forêts http://yonnelautre.fr/spip.php?rubrique185

Bois Biomasse Bioénergie http://yonnelautre.fr/spip.php?rubrique190



Pour faire paraître une info dans cette lettre, pour demander des anciennes lettres (depuis février 2015), nous écrire à : listes@yonnelautre.fr

Pour s’abonner nous écrire ou le faire directement sur le serveur

foretvivante-subscribe@yonnelautre.fr

Pour se désabonner nous écrire ou le faire directement sur le serveur

foretvivante-unsubscribe@yonnelautre.fr

Merci de faire connaître cette lettre si elle vous paraît utile.

Pour rejoindre le groupe de réflexion autour de la forêt dans l’Yonne et tout autour, nous écrire à : listes@yonnelautre.fr

ou s’inscrire directement à actionforet-subscribe@yonnelautre.fr

http://yonnelautre.fr/


La sélection hebdomadaire de Reporterre n° 111

Un chasseur poursuit un paysan dont le tracteur l’aurait effrayé


Par une belle journée de juin 2015, un maraîcher bio sur son tracteur se retrouve nez à nez avec un chasseur de renards. Et le voilà poursuivi en justice ce mercredi 1 février, pour « violences avec arme par destination ». Lire la suite

Info

À Bure, la lutte s’envole joyeusement contre la poubelle nucléaire


Aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, l’État multiplie les projets liés au projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs. Face à cette offensive, les opposants investissent les arbres et s’implantent durablement, malgré la demande d’expulsion que doit étudier le tribunal de Bar-le-Duc ce mercredi. Lire la suite

Reportage

L’écologie selon Marine Le Pen et le FN : nationaliste et superficielle


Marine Le Pen lance sa campagne présidentielle à Lyon ce week-end. Elle a intégré une dimension écologique à son projet présidentiel. Mais, démontre l’auteur de cette tribune, le parti d’extrême droite réduit l’écologie à la dimension identitaire et nationale, niant ce qui en fait sa singularité. Lire la suite

Tribune

L’Allemagne construit la plus grande autoroute cyclable du monde


Alors que l’Allemagne réalise la plus grande autoroute cyclable au monde, la Norvège y pense et le Danemark et les Pays-Bas en sont déjà dotés. La densité de l’habitat, l’engorgement des routes et la popularité du vélo électrique attirent de plus en plus de personnes vers ce mode de transport à longue distance. Lire la suite

Alternative

Les reportages au complet ICI


Conduite automobile : conseils pour moins polluer
Actualité
Crise écologique : la peur d’un avenir apocalyptique peut-elle nous préserver du risque ? Actualité
L’inéluctable faillite du nucléaire français
Actualité
2016 : nouveau record de chaleur sur Terre
Actualité
Le Conseil d’Etat suspend la dérogation de la Ministre sur la prolongation de la chasse aux oies en France
Actualité
Projet ITER sur la fusion thermonucléaire : où en est-on ?

Les articles au complet ► ICI

notre-planete.info est un média web indépendant. Aidez-nous à maintenir et à développer notre-planete.info !


Agir contre les pesticides en Europe : Demandons à la Commission Européenne de faire face à nos arguments et d’interdire le glyphosate

Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques


Nous demandons à la Commission européenne de proposer aux États membres une interdiction du glyphosate, de réformer la procédure d’approbation des pesticides et de fixer à l’échelle de l’UE des objectifs obligatoires de réduction de l’utilisation des pesticides.

Interdire les herbicides à base de glyphosate, dès lors que des liens ont été établis entre une exposition à ceux-ci et l’apparition de cancers chez l’homme et que l’utilisation de ces produits a provoqué des dégradations des écosystèmes, faire en sorte que l’évaluation scientifique des pesticides aux fins d’une approbation par les autorités de régulation de l’UE s’appuie uniquement sur des études ayant été publiées, commandées par les autorités publiques compétentes et non par l’industrie des pesticides, et fixer à l’échelle de l’UE des objectifs obligatoires de réduction de l’utilisation des pesticides en vue de parvenir à un avenir exempt de pesticides.
Suite de l’article et

PETITION ICI


Il faut agir contre les exécutions des prisonniers en Syrie !


Saydnaya est le lieu où l’État syrien massacre sa propre population.
« N’importe qui peut venir et les frapper, jusqu’à ce que l’officier arrive. On sait déjà qu’ils vont mourir de toute façon, donc on peut leur faire ce que l’on veut. »
Ancien gardien de prison de Saydnaya

Chaque semaine, entre 20 et 100 personnes sont sorties de leur cellule pour être pendues au milieu de la nuit.

Au moins 13 000 personnes ont été tuées à Saydnaya depuis 2011, dans le plus grand des secrets. Bien d’autres personnes encore y sont mortes après avoir été soumises à la torture de manière répétée, et privées de nourriture, d’eau, de médicaments et de soins médicaux.

Écrivez à la Russie et aux États-Unis pour qu’ils usent de leur influence internationale afin que des observateurs indépendants soient autorisés à mener des enquêtes sur les centres de détention syriens.

« En collant l’oreille contre le sol, on pouvait entendre un bruit, comme une sorte de gargouillement. Cela durait environ 10 minutes… Nous dormions au-dessus du bruit de personnes en train de mourir étouffées. C’était normal pour moi à l’époque. »
"Hamid", un ancien détenu.

Les corps des victimes étaient ensuite chargés dans des camions, puis enterrés dans des charniers sur des terrains militaires à l’extérieur de Damas. Cette politique d’extermination menée par le gouvernement syrien s’apparente à des crimes contre l’humanité et doit faire l’objet d’enquêtes.
Le gouvernement syrien doit laisser des observateurs indépendants enquêter sur les centres de détention en Syrie dès maintenant.

Merci de votre soutien

Sylvie Brigot-Vilain
Directrice générale d’Amnesty International
France


À signer : Non à l’exploitation minière dans les forêts de protection !

Fontainebleau et Rambouillet

Bonjour à toutes et à tous,

Une consultation publique à ne pas manquer ! En PJ, le courrier du Directeur général de la LPO France à Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, pour appuyer votre opinion.

Bon WE,

Guy.

Votre voix pour la nature

À signer : Non à l’exploitation minière dans les forêts de protection !

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Les « forêts de protection » assurent le maintien des sols contre l’érosion, les avalanches et d’autres risques. Elles protègent aussi les espaces boisés à la périphérie des grandes agglomérations soit pour des raisons écologiques soit pour le bien-être de la population. Fontainebleau et Rambouillet sont deux des cinq forêts de protection de l’Ile-de-France.

Mais aujourd’hui, le ministère de l’agriculture veut modifier le régime forestier spécial des forêts de protection pour y permettre, entre autres, l’exploitation minière. Et ne perd pas de temps :

un décret doit entrer en vigueur dès le 1er mars.

Manifestons notre opposition avant la fin de la consultation publique le 20 février. Merci d’envoyer un email de protestation au gouvernement (voir plus bas) ET de signer la pétition :

En vous remerciant pour votre attention,

Sylvain Harmat
Sauvons la forêt

Diffuser sur les réseaux sociaux :




Participez à la consultation publique !

En plus de signer la pétition, nous vous invitons à écrire directement votre opposition au décret à l’adresse électronique mise en place par le ministère de l’agriculture pour la consultation publique : consultations.foretdeprotection.dgpe@agriculture.gouv.fr

Vous pouvez vous inspirer ou copier notre lettre de pétition comme modèle...


Date : Fri, 10 Feb 2017 17:28:20 +0100 (CET)
Subject : Avis LPO
Monsieur Stéphane Le Foll
Ministre de l’Agriculture,
de l’Agroalimentaire et de la forêt
78, rue de Varenne
75349 PARIS SP 07

Rochefort, le 13 février 2017

Objet : Consultation publique relative au projet de décret autorisant les fouilles et les travaux miniers dans les forêts de protection

Monsieur le Ministre,

Avec ce nouveau projet de décret, le gouvernement veut mettre fin à l’interdiction des fouilles archéologiques et extractions de matériaux en forêts de protection par l’instauration d’un régime « spécial » dérogatoire pour autoriser ces activités.

Il s’agit donc une nouvelle fois d’une régression environnementale, en contradiction avec les engagements du gouvernement lors des assises de simplification du droit de l’environnement.

Dans le droit actuel (R 141-30 du code forestier), le classement d’un massif forestier comme « forêt de protection » rend impossible certains travaux à l’exception de la recherche d’eau. Le projet actuellement en consultation vise, sur la base de l’article L141-4 du code forestier à ajouter un régime spécial d’autorisation pour les fouilles et extractions de minerais à l’instar de ce qui est prévu pour l’eau. Une nouvelle brèche dans le statut de protection de ces habitats naturels que sont les forêts.

Ce texte en consultation est censé garantir que ces travaux, en principe, ne compromettent pas la protection/conservation de ces boisements.

Pour la LPO, les « garde-fous » en l’état du texte sont insuffisants et flous. Le fait de ne pas « modifier la destination forestière du site » ou d’énoncer que les travaux ne « doivent pas nuire à la conservation de l’écosystème forestier ou à la stabilité des sols dans le périmètre de protection » sont des notions vagues et sujettes à l’interprétation subjective de l’autorité décisionnaire et à fortiori du demandeur …. Ces expressions n’ont pas de fondement technique ou scientifique.

D’autre part, ne sont pas prévus d’analyse des impacts ou incidences sur la faune et la flore et l’habitat, ni de mesures de compensation spécifiques, forcément plus importantes en forêt de protection au regard de l’intérêt écologique particulier qu’elles peuvent présenter. En résumé, aucune mesure d’évaluation-réduction-compensation n’est exigée clairement par le texte. De même pas de précision sur l’information et la consultation du public…

En outre, on ne sait pas si la remise en état à l’issue de l’exploitation permettra un retour « à l’identique » de la forêt de protection sur le plan écologique (mêmes essences forestières ? même densité ? qualité du sol ?).

Si on peut convenir d’un intérêt général pour le captage de l’eau ou des fouilles « archéologiques », l’exploitation de mines et carrières, y compris souterraines (au regard de l’emprise de tels travaux, de la nécessité de voies d’accès des engins, etc.) relèveraient de ce niveau et nuirait à la conservation d’une forêt de protection. Ce type d’opérations exige un encadrement plus strict.

Enfin, sur la justification du projet, la LPO est très circonspecte. En effet, la présentation du projet de décret ne précise pas que l’article L. 141-1 du code forestier dresse la liste des raisons pouvant justifier ce classement en forêt de protection :

« 1° Les bois et forêts dont la conservation est reconnue nécessaire au maintien des terres sur les montagnes et sur les pentes, à la défense contre les avalanches, les érosions et les envahissements des eaux et des sables ;

2° Les bois et forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations ;

3° Les bois et forêts situés dans les zones où leur maintien s’impose soit pour des raisons écologiques, soit pour le bien-être de la population. »

Sur le site internet de la consultation, on peut lire que l’unique – et obscure – raison de ce projet de texte. Ainsi, selon le ministère de l’agriculture, ce décret viserait à :

« Créer une base juridique pour traiter certaines situations actuellement rencontrées dans les forêts périurbaines, objet de nombreuses attentes sociales mais dont le classement en forêt de protection ne peut être prononcé à ce jour, faute de l’existence d’un régime spécial permettant de réaliser des travaux de fouilles archéologiques ou d’extraction de matériau au sein du massif classé »

Pour seule justification de son projet de décret, le ministère de l’agriculture prétend donc aujourd’hui que certaines forêts « situées en périphérie des grandes agglomérations » et qui devraient être classées, ne le seraient pas pour la seule raison que ce classement entrainerait l’interdiction d’y mener des fouilles archéologiques ou d’y exploiter des mines. Il faudrait donc permettre l’exploitation des mines dans ces forêts pour mieux les protéger (sic)

L’argument tient d’autant moins que, en 2011, les forêts classées pour des raisons tenant à leur proximité avec des grandes agglomérations représentaient 20% des forêts de protection. Le soi-disant obstacle ne fait donc pas vraiment peur…

Or, ce décret ne s’appliquerait pas uniquement aux forêts de protection périurbaines, mais également à celles classées à d’autres titres, tels que des raisons écologiques ou de défense contre l’érosion. 80% des forêts déjà classées le sont pour des raisons tenant à la protection de la montagne, des dunes ou d’autres raisons écologiques…

Aussi et surtout, ce qu’omet de dire le ministère dans la présentation du projet de décret, c’est que ce texte ouvrirait la voie à l’exploitation minière dans les forêts de protections existantes, alors que celles-ci n’ont pas rencontré le soi-disant obstacle à leur classement invoqué dans la présentation du projet de texte, lié à l’impossibilité d’y exploiter des mines.

Pour toutes ces forêts déjà classées, ce serait un net retour en arrière de leur statut juridique protecteur.

Et ce d’autant que parmi les forêts de protection déjà classées, si certaines bénéficient d’autres régimes de protection (Natura 2000, APPB) telle que la forêt de la Coubre en Charente-Maritime, pour d’autres, la forêt de protection est le seul régime juridique protecteur.

Autant les fouilles archéologiques pourraient être acceptées, à condition d’être encadrées et d’impact très modeste, avec des mesures compensatoires proportionnées, autant l’extraction de minéraux dans les forêts de protection doit rester proscrite.

Espérant que vous intégrerez nos remarques à la prochaine réglementation, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, mes salutations respectueuses.


Yves VERILHAC
Directeur Général LPO France
Tél. : 05.46.82.12.34
Fonderies Royales - CS 90263
17305 Rochefort CEDEX
https://www.lpo.fr/

Vous aussi devenez adhérent !
Faites-nous connaître
Facebook ►◄ Twitter
Sauvons la Forêt
Jupiterweg 15, 22391 Hamburg, Allemagne • Tel : +49 40 41038049
info@sauvonslaforet.org ►◄ www.sauvonslaforet.org


Avis LPO
forêt de protection.eml

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL