Accueil > SOCIETE > SOCIETE > OUI AUX LIBETES > OUI AUX LIBERTES ! > ENCORE UN 49/3 A L’ASSEMBLEE NATIONALE !!! REFLEXIONS - REACTIONS - !!! (...)

ENCORE UN 49/3 A L’ASSEMBLEE NATIONALE !!! REFLEXIONS - REACTIONS - !!! PETITION !!!

mercredi 11 mai 2016, par C3V Maison Citoyenne

Tout va très vite.




Le texte qui a été élaboré collectivement est surtout un acte de confiance dans le dialogue (sic Valls)


Plusieurs milliers de manifestants devant l’Assemblée nationale cet après-midi (10/05/2016), à l’appel de ceux de la Place de la République, au grand étonnement des députés qui arrivaient et se mêlaient à la foule.
Des députés FdG, EELV et aussi socialistes voteront probablement la motion de censure de la droite.

La pétition lancée cet après midi (10/05/2016) pour appeler les députés socialistes à la voter également a déjà atteint les 160000

Malgré les différentes mobilisations et le rejet par les parlementaires de la loi travail (El Khomri ), le gouvernement a décidé de passer en force en utilisant l’article 49-3.

Ce texte peut encore être bloqué en demandant aux députés socialistes de soutenir la motion de censure qui sera présentée par la droite. C’est aujourd’hui le seul moyen d’empêcher le gouvernement de nous imposer une modification du code du travail qui ne convient pas à l’immense majorité : (petites et moyennes entreprises et salariés).

Il est temps que la démocratie s’exerce de nouveau.

Pour cela les députés socialistes qui considèrent que ce texte est contraire aux valeurs qu’ils défendent doivent soutenir la motion de censure déposée par la droite et qui d’office permettra de rejeter ce texte.

Nous sommes tous concernés par cette loi et par la précarité qu’elle provoquera.

Mobilisons nous !

Il est possible d’arrêter la casse du code du travail.

L’article 49.3 : comment ça marche ?


Monsieur le Président de la République Française,

© 20 minutes © 20 minutes

Voici vos propres mots sur le 49-3 :

Le 49-3 est une brutalité
Le 49-3 est un déni de démocratie
Le 49-3 Est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire.

Que sont devenues ces belles paroles ?

L’article 49-3 permet au gouvernement d’engager sa responsabilité auprès de l’assemblée nationale et ainsi de faire passer un texte de loi en force sans vote de la représentation nationale (l’Assemblée nationale). Cette solution de facilité a déjà été employée 2 fois en 2015.

Le gouvernement semble avoir perdu le sens des réalités

en ayant pris cette mauvaise habitude de dégainer cette arme antidémocratique dès que le débat devient un peu trop difficile. Lorsqu’on ne supporte pas l’adversité, il est temps de changer de métier.

Une des raisons d’être de la démocratie c’est aussi le débat

.
Or, l’utilisation abusive du 49-3 nous en prive, le gouvernement actuel semble l’avoir oublié. Lorsque la représentation nationale, et par extension le peuple sont mis à l’écart, c’est la dérive autoritaire qui nous guette.

Monsieur Hollande, il est temps de rappeler à votre premier ministre les grands principes de la démocratie. Un texte de loi ne devrait jamais être autorisé sans la validation de la représentation nationale ou du peuple lui-même.

Il est grand temps de généraliser l’utilisation du référendum afin de demander l’avis du peuple qui vous a élu. Montrez qu’il vous reste un zeste de courage politique en vous confrontant réellement à la volonté du peuple et surtout arrêtez ce déni de démocratie insupportable que vous dénonciez il y a de ça quelques années.

>> Signer la pétition <<



Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Communiqué commun - Projet de loi travail
Amplifier la mobilisation : face au déni de démocratie !
mardi 10 mai 2016


Alors que les salarié-es, les jeunes, les privé-es emploi, les retraité-es sont mobilisés depuis plus de 2 mois pour le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, alors que l’opinion publique reste massivement opposée à ce texte, le gouvernement décide de passer en force en utilisant le 49.3.

Inacceptable !

Ce sont les mobilisations qui ont contraint le gouvernement, à proposer des modifications au projet de loi pour tenter d’en minimiser les impacts. Le compte n’y est toujours pas !

Un code du travail par entreprise à l’opposé de la "hiérarchie des normes", élément protecteur et égalitaire, perdure dans le projet de loi.

Scandaleux !

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc.), qui sont autant d’éléments d’appui et de dynamiques dans la poursuite, l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Cette situation renforce la nécessité d’amplifier les mobilisations déjà engagées le 12 mai sur tout le territoire.

A partir de tous ces éléments, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL invitent leurs structures à organiser des assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.

Elles appellent leurs organisations à construire deux nouvelles journées de grèves et manifestations le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains.

De plus, elles n’écartent aucun type d’initiatives pour les semaines à venir, y compris une manifestation nationale.

Afin de faire valoir leurs propositions elles décident de s’adresser ensemble au Président de la République pour être reçues rapidement.

Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.

Montreuil, le 10 mai 2016

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL